Autotest de dépistage du VIH-SIDA : La Côte d’Ivoire s’engage à continuer la stratégie malgré la fin du projet Atlas





autotest-de-depistage-du-vih-sida-la-cote-divoire-sengage-a-continuer-la-strategie-malgre-la-fin-du-projet-atlas

Les acteurs de la lutte contre le VIH satisfaits de la stratégie de l'autotest de dépistage



Démarré en 2018 en Côte d’Ivoire, dans le souci d’accompagner le dépistage des personnes vivants avec le VIH SIDA, le projet d’auto-dépistage « Atlas » a pris fin. Au cours d’un atelier délibératif et de clôture, organisé vendredi 22 avril 2022 à Abidjan, le programme national de lutte contre le Sida (PNLS) et son partenaire Solthis ont été unanimes pour reconnaître l’efficacité de ce projet qui a permis de réduire considérablement le taux de dépistage.

Cet atelier qui a réuni les acteurs de la lutte contre le SIDA en Côte d’Ivoire a permis de  valider les recommandations issus de l’expérience Atlas et de garantir ainsi de manière durable la disponibilité de l’autotest  VIH qui est désormais pleinement intégré à la stratégie nationale de dépistage.

A cet effet, Dr Kouamé Blaise, Chef du service de dépistage du programme national de lutte contre le Sida (PNLS), a, au nom du Directeur coordonnateur Pr Ehui Eboi, affirmé que la Côte d’Ivoire s’est engagée dans l’élimination du VIH SIDA d’ici 2030 à travers les objectifs 95-95-95 de l’ONUSIDA.

« Il est évident que l’atteinte de ces objectifs passe par l’identification des personnes qui sont infectées par le VIH. Déjà en 2016, nous nous sommes rendu compte que la stratégie de dépistage  classique ne permettait pas d’atteindre un grand nombre de personnes infectées. Nous avons donc adopté le dépistage volontaire comme stratégie complémentaire afin de pouvoir atteindre nos objectifs d’ici 2030. C’est dans ce sens que nous avons salué l’arrivée du projet Atlas en 2018 », a-t-il expliqué. Il s’est dit heureux des résultats obtenus car c’est la Côte d’Ivoire qui était chargée de dispenser le plus grand nombre d’autotest et l’on a pu apprécier l’impact de cette stratégie.

Il a confié que même si le projet Atlas a pris fin, la stratégie continuera d’être utilisée, avec le soutien du ministère ivoirien de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle.

Pour sa part, Mme Brigitte Quenum, Directrice pays de l’ONUSIDA a expliqué que le  premier objectif des 90-90-90 est la porte d’entrée primordiale pour mettre les populations en lien avec les soins et les traitements et les maintenir dans les soins. Pour elle, en Côte d’Ivoire, l’on était loin de l’atteinte de cet objectif avec un taux de 58%. « Dans un contexte d’épidémie, Il fallait changer de stratégie et pour  était primordial d’accroitre l’offre de dépistage des personnes vivants avec le VIH et d’améliorer. Il y avait un besoin pressent d’aller vers des populations qu’il était difficile d’atteindre », a-t-elle déclaré. Et d’ajouter que l’autotest est une stratégie complémentaire, gage de fiabilité et de confidentialité.     Elle a félicité tous les acteurs qui ont permis la réussite du projet.

Notons que le projet Atlas a dispensé, depuis 2019, 203 407 kits d’auto-dépistage aux populations vulnérables en Côte d’Ivoire  et qu’il a permis le maintien d’un accès à la connaissance de son statut sérologique en 2020, pendant la première vague de Covid 19. Il a été mis en place avec plus de 30 partenaires dans 3 pays (Côte d’Ivoire, Mali et Sénégal) et 13 régions couvertes.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Visite d’état dans le Moronou: les premiers mots d’Alassane Ouattara à son arrivée à Bongouanou

Serge Aurier dans le Onze africain de l'année 2019