Centre de valorisation et d’enfouissement technique (CVET) de Kossihouen : Une vraie révolution dans le traitement des déchets solides





centre-de-valorisation-et-denfouissement-technique-cvet-de-kossihouen-une-vraie-revolution-dans-le-traitement-des-dechets-solides

une vue de déchets solides déversés au Centre de valorisation et d’enfouissement technique (CVET) de Kossihouen



Mis en service le 2 novembre 2018, le Centre de Valorisation et d'Enfouissement Technique (CVET) est une infrastructure dont la réalisation traduit la volonté des autorités ivoiriennes de structurer et moderniser la chaîne de collecte et de transport des déchets solides ménagers du District d’Abidjan.

Bâti sur une superficie de 100 hectares, dans la sous-préfecture de Songon, dans la banlieue d’Abidjan, le Centre de Valorisation et d’Enfouissement Technique (CVET) de Kossihouen a une capacité de traitement de 1 250 000 tonnes de déchets par an, soit 90 % des déchets produits.

Cette infrastructure, dont les travaux ont été lancés le 19 mars 2018, vient répondre à l’épineuse question de la décharge d’Akouédo (Abidjan), ouverte en 1965, et qui avait atteint ses limites. De façon pratique, dès leur arrivée, les camions tasseurs chargés de déchets passent par les ponts bascules pour le pesage. Un système informatique de pointe permet un traitement rapide des données. Après la pesée, les camions se dirigent vers le casier destiné au déversement de déchets, selon un protocole rigoureux.

Ils sont à nouveau pesés à vide, avant de sortir du centre. Ces déchets sont enfouis dans des casiers imperméabilisés, par couches successives de 1,5 m alternées de couverture avec du matériau inerte de 20 centimètres d’épaisseur. Ceci, pour réduire les odeurs et les envols de déchets. Un système permet de récupérer les eaux usées provenant desdits déchets, de les traiter et les réutiliser pour l’arrosage des mêmes déchets, afin d’accélérer la décomposition. Un autre système permet de récupérer et de traiter le biogaz provenant de ces déchets en décomposition.

« La construction de cette infrastructure est d’autant plus salutaire qu’elle contribuera à réduire les risques environnementaux et sanitaires liés à l’amoncellement des ordures, suite aux récurrentes fermetures de la décharge d’Akouédo », témoigne Alice Tapé. Pour ce médecin, l’opérationnalisation de ce centre est, en tout point, bénéfique.

Les travaux de construction du Centre de Valorisation et d'Enfouissement Technique de Kossihouen ont coûté 40,73 milliards FCFA. Le centre a généré 6 000 emplois directs et indirects.

Solange ARALAMON 

 

En lecture en ce moment

L'Asec Mimosas écrase l'As Tanda et prend la tête de la Ligue1

Sport et santé: Ouattara Dramane et l'ONG Perspectives occupent les populations du Plateau.