Problématique des villes nouvelles en Afrique : Les universitaires ivoiriens s’approprient le sujet





problematique-des-villes-nouvelles-en-afrique-les-universitaires-ivoiriens-sapproprient-le-sujet

Une vue des organisateurs, au sortir de la conférence de presse (Crédit photo: Cissé Thoumany)



La Côte d’Ivoire abritera du 27 au 29 d’octobre 2022, un colloque international sur la problématique de la ville nouvelle en Afrique dans le contexte de la mondialisation. L’information a été livrée ce vendredi 27 mai 2022 à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, au cours d’une conférence de presse animée par les organisateurs.

A cet effet, le Professeur André Kamaté, président du comité d’organisation a situé cette rencontre internationale placée sur le thème « Penser la ville africaine du futur pour panser la ville africaine d’aujourd’hui » comme une opportunité pour les universitaires de faire des propositions aux dirigeants en vue d’une meilleure prise en compte de la politique d’urbanisation des villes.

Il a appelé les personnes intéressées à participer à ce colloque à déposer leurs communications et contributions au plus tard le 31 juillet 2022. Huit  (8) axes de communication ont été retenus. Il s’agit des thèmes suivants « villes africaines et urbanisme colonial », « villes et imaginaires africains », « villes du futur, architecture, urbanisme et mobilité urbaine », « ville nouvelle et question sécuritaire », « cités nouvelles, cohésion sociale et développement socio-économique », « ville nouvelles et action culturelle », « villes  nouvelles, TIC et créations numériques » et enfin « villes nouvelles et changement climatique ».

« Cependant, toute autre communication peut être acceptée si elle porte une réflexion sur la question des villes nouvelles, non prises en compte dans les axes indiqués. Les communications seront faites en français et en anglais », a ajouté le PCO.

Pour sa part, le Professeur Ballo Zié, président de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody et par ailleurs président du comité scientifique du colloque a invité les enseignants, les chercheurs et les intellectuels africains à faire des propositions de communication en vue de réfléchir sur la problématique des villes nouvelles.

« C’est le projet Akwaba City qui a inspiré l’organisation de ce colloque », a-t-il confié. Avant de féliciter M. Touré Ahmed Boua, PDG de l’entreprise Sophia et promoteur « d’Akwaba city, ville du futur » qui a accepté d’apporter son soutien à cette initiative.

Ce dernier a d’ailleurs salué l’organisation de ce colloque qui permettra de réfléchir à cette  problématique importante pour l’urbanisation des Etats africains.

« L’université est donc un levier sur lequel les gouvernants et décideurs peuvent s’appuyer pour exploiter l’opportunité qu’est la promotion des villes nouvelles. Je suis heureux qu’au-delà des hommes d’affaires que nous sommes, une institution s’approprie cette problématique pour l’analyser dans toutes ses dimensions afin de nous permettre d’avancer sur cette question », a-t-il déclaré à son tour.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Conseil politique du RHDP: Les grandes décisions prises

Suite à l'annonce de sa candidature pour un 3e mandat, Meiway s'adresse au président Alassane Ouattara