Financement du PND 2021-2025 : La Côte d’Ivoire fait du lobbying auprès de la Banque Islamique de Développement





financement-du-pnd-2021-2025-la-cote-divoire-fait-du-lobbying-aupres-de-la-banque-islamique-de-developpement

La ministre ivoirienne du plan et du développement Nialé Kaba continue de faire du lobbying pour le financement du PND 2021-2025



Depuis l’Egypte où elle participe aux Assemblées Annuelles du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), la ministre ivoirienne du plan et du développement, Nialé Kaba a invité tous les partenaires financiers présents à soutenir la Côte d’Ivoire à travers le financement du Plan National de Développement (PND) 2021-2025.

« Je voudrais profiter de ce cadre pour demander le soutien de la Banque à notre plan, et lui demander de porter le plaidoyer pour que les pays africains membres disposent de financements adéquats. J’invite les partenaires institutionnels et les investisseurs privés à participer au groupe consultatif pour le financement du PND 2021-2025 de CI qui se tiendra le 15 juin 2022 à Abidjan », a-t-elle appelé, dans un communiqué de presse dont pressecotedivoire.ci à reçu copie.

Elle a rappelé qu’après deux décennies de crises socio-politique et sécuritaire survenues entre 1990 et 2010, la Côte d’Ivoire a retrouvé la paix et la stabilité politique depuis 2011. Ainsi, elle a enregistré une croissance du PIB réel avoisinant 8% en moyenne annuelle sur la période 2012-2019.

Nialé Kaba n’a pas omis de confier que face à la pandémie de la covid-19, l’économie ivoirienne a été fortement résiliente, avec un taux de croissance du PIB de 2% en 2020 et estimé à 7 % en 2021. Selon elle, la Côte d’Ivoire n’a pas sombré suite à la longue crise socio politique qu’elle a vécue. 

Ajoutant que la Côte d’Ivoire a amélioré l’environnement des affaires, et avec ses partenaires, redynamisé les communautés économiques régionales (UEMOA et CEDEAO). Aussi, la ministre du Plan et du Développement a-t-elle fait savoir que cette résilience est également due aux importants appuis financiers que ses partenaires lui ont apporté pour traiter les fragilités sur le plan sécuritaire, relever les secteurs sociaux, restaurer et renforcer les infrastructures économiques suite à la crise post-électorale de 2010.

Elle a tenu à exprimer toute la gratitude des autorités ivoiriennes pour l’apport de la Banque islamique de développement (BID) qui a été l’un des partenaires bilatéraux les plus importants dans l’accompagnement de la Côte d’Ivoire pour sa sortie de crise. « Ses financements sont passés de moins 100 millions de dollars à en 2010 à plus 2 milliards de dollars tous guichets confondus », a-t-elle confié. Evoquant les perspectives avec la banque, la ministre soutient qu’une nouvelle phase se dessine dans le partenariat, centrée sur la Riposte, la Restauration et la Relance (3R). A cet effet pour l’année 2022, 400 millions de dollars sont attendus dans ce cadre. 

Rappelons que les réunions annuelles offrent l’occasion de tenir des consultations plus ou moins élargies, et de nature formelle ou informelle. Dans le cadre de ces rencontres internationales se tiennent les séances plénières des Conseils des Gouverneurs et des Assemblées Générales, la table ronde, les événements de partage de connaissance, les forums. Par ailleurs, cette réunion annuelle sera l’occasion pour la délégation ivoirienne d’organiser des activités sur la tenue du groupe consultatif, pour la mobilisation des ressources dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement 2021-2025.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire : un enrôlement électoral inattendu de plus d'un million de personnes

Côte d’Ivoire/ Guillaume Soro réaffirme : "Je suis parti de l’Assemblée nationale pour être libre"