Le salon des industries musicales d’Afrique francophone, en novembre, à Abidjan





le-salon-des-industries-musicales-dafrique-francophone-en-novembre-a-abidjan


La première édition du Salon des industries musicales d’Afrique francophone (SIMA) aura lieu, jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2022, au Sofitel hôtel ivoire d’Abidjan, indique un communiqué de presse transmis à l’AIP, lundi.

Ce Salon qui se tiendra avec l’appui institutionnel du ministère de la Culture et de la Francophonie portera sur le thème « À l’ère de la digitalisation, quels sont les enjeux pour l’industrie musicale africaine ? ».

Il vise à réunir les acteurs des industries musicales africaines francophones et internationales, à inciter au partage de connaissances et bonnes pratiques ainsi qu’à créer des opportunités d’affaires, tout en promouvant l’industrie musicale africaine au niveau mondial, explique le communiqué.

De nombreux professionnels de renom de l’industrie musicale, culturelle et créative et de l’écosystème des TIC sont attendus pour aborder l’impact et les enjeux du digital pour l’industrie musicale sur le continent.

Pour la directrice de l’Alliance nationale de l’industrie musicale canadienne (ANIM), partenaire institutionnel du salon, Clotilde Heibing, Le SIMA est une excellente opportunité d’apprendre à connaître l’industrie musicale des pays de l’Ouest africain, de s’inspirer des meilleures pratiques et créer des opportunités d’affaires entre nos régions.

« Au final, nous pourrons ensemble participer à créer une industrie musicale francophone plus forte, grâce aux liens tissés entre nos entreprises et nos associations », a-t-elle fait savoir.

Créé et initié par des experts de l’industrie musicale, le SIMA promeut l’industrie musicale africaine, forme les acteurs de cet écosystème et offre une plateforme d’affaires entre les acteurs africains et ceux des autres continents.

Le Salon, véritable miroir de l’industrie musicale africaine, propose aux acteurs de l’écosystème des rencontres avec de potentiels clients ou partenaires, la valorisation de leurs offres et services, mais surtout la possibilité d’approfondir leurs connaissances et les logiques business du marché africain et international.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Condamnation de Jacques Mangoua : EDS "s’insurge contre ces manœuvres d’intimidation des tenants du pouvoir"

Présidentielle 2020 : KKB promet de distribuer 25.000 FCFA par mois à chaque foyer sans ressource