Mise en œuvre des recommandations du dialogue politique : Et si l’on maintenait le cap





mise-en-oeuvre-des-recommandations-du-dialogue-politique-et-si-lon-maintenait-le-cap


Le président de la République rencontre, le 14 juillet 2022, ses prédécesseurs que son Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et Laurent Gbagbo du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI). Cette rencontre suscite beaucoup d’espoir de la part de bons nombres d’Ivoiriens et d’habitants du pays d’Houphouët-Boigny, premier président de la République, qui y entrevoient des signes indicateurs de décrispation du climat politique et de réconciliation nationale.

A en croire le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, qui a fait cette annonce, mercredi, à l’issue d’un Conseil des ministres, cette rencontre entre dans le cadre des recommandations du dialogue politique tenu, du 16 décembre 2021 au 4 mars 2022, souhaitant une rencontre entre « les trois grands » de la politique ivoirienne.

Ce dialogue politique a ouvert les vannes d’une réconciliation et d'un climat politique apaisé. Et tous ceux qui émettaient des doutes quant à la mise en œuvre effective des résolutions sorties de ces rencontres sont certainement en train de revoir, en partie, leurs copies.

Plusieurs exemples et non des moindres peuvent attester que si l’on fait encore des efforts, les Ivoiriens et autres habitants de la Côte d’Ivoire pourront vivre dans un climat de paix, de cohésion sociale et de fraternité à faire pâlir d’envie pour ne pas dire d’aigreur, les pyromanes qui ne prospèrent que quand il y a le feu à la demeure.

Et les Ivoiriens qui semblent avoir compris que la division ne fait que mettre en retard le développement du pays, sont en train de, si l’on s’en tient à des événements récents, changer de fusil d’épaule.

Parmi ces faits, l’on peut citer entre autres, la délivrance du passeport de Blé Goudé, le consensus de tous les partis à porter leur choix sur le candidat du RHDP, Adama Bictogo, pour l’élection du président de l’Assemblée nationale.

D’autres faits et gestes, loin de la politique, participent à renforcer davantage « le vivre-ensemble », prôner par Alassane Ouattara. Il s’agit des cas de décès du président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro, de Marcellin Bédié, frère aîné du président Henri Konan Bédié, et de la génitrice de Maurice Kacou Guikahué.

Lors de ces événements, l’on a mis de côté les divergences politiques et les partis, unis comme un seul homme, ont exprimé leur compassion aux familles endeuillées.

Même si d’autres questions restent encore en suspens, notamment la question de la libération des prisonniers politiques et militaires des crises postélectorales de 2010 et 2020, l’on peut dire que les voyants sont au vert, pourvu que les autorités maintiennent cette cadence.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Pour la construction de son nouveau siège : MTN choisit le groupe Teylion

Eliminatoires Can 2019/ Côte d’Ivoire-Rwanda : Dans les coulisses du Felicia