Affaire salon de coiffure Klass C : La direction de l’Agence Emploi-jeunes apporte des précisions





affaire-salon-de-coiffure-klass-c-la-direction-de-lagence-emploi-jeunes-apporte-des-precisions

Le ministre Touré Mamadou et le gérant des salons de coiffures "Klass C" Charles Kougnon sont aujourd'hui à couteaux tirés



Une affaire d'attribution de 700 millions de francs CFA par l'Agence Emploie Jeunes, structure sous tutelle du ministre de la promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du service civique,  Mamadou Touré à Charles Kougnon, promoteur des salons de couffure « Klass C » défraie la chronique depuis quelques jours en Côte d’Ivoire.

Dans un communiqué signé du Directeur du partenariat et du financement de l’Agence Emploi jeunes, Jacob Dri Bi, dont www.ptressecotedivoire a reçu copie ce dimanche 10 juillet 2022, la structure entend apporter des précisions sur ce qui se passe.

A lire également: Incendie : Les locaux de la Direction générale des grandes entreprises (DGE) et de la Direction générale des impôts partis en fumée ce dimanche

Il rappelle pour ce faire le processus de financement des projets par l’agence. « Les promoteurs présentent leur projet devant le Comité de certification composé d’experts représentant les structures techniques sectorielles partenaires de l’Agence Emploi Jeunes. Les projets qui obtiennent la validation du Comité de certification sont soumis au Comité de crédit de la Banque Nationale d’Investissement (BNI) qui analyse les demandes de prêt et accorde le financement en cas d’avis favorable », explique t-il.

Pour le cas précis des salons de coiffure « Klass C », initié en 2016 par l’entreprise « Klass Commerce International SARL», le document indique que c’est un projet qui s’inscrivait dans la dynamique d’appui à la modernisation et la professionnalisation du secteur de la coiffure en Côte d’Ivoire, visait l’insertion professionnelle de 500 jeunes dans le domaine de la coiffure moderne.

«L’objectif du projet était d’installer 100 salons de coiffure modernes et d’esthétique sous la forme de micro franchises, au profit des 500 jeunes bénéficiaires repartis sur l’ensemble du territoire à raison de cinq (5) jeunes par salon. Pour chacune des micro-entreprises franchisées, le financement était structuré, sous la forme d’un prêt d’une maturité de trois (3) ans (intégrant un délai de grâce de cinq (5) mois), et estimé à 7.920.000 F CFA. « Klass Commerce International SARL», avait pour rôle d’accompagner le projet à travers le recrutement et la formation des 500 jeunes, la fourniture de matériels d’exploitation, le suivi-installation des bénéficiaires ainsi que le suivi des remboursements », révèle le responsable de l’Agence Emploi Jeunes.

Malheureusement, selon la note, contrairement à la démarche d’investissement retenue pour l’installation des salons de coiffure, « Klass Commerce International SARL» s’est détournée non seulement du modèle financier et n’a pas voulu s’adapter à une méthode prudente et progressive exigée dans la mise en œuvre. Toute chose qui a conduit à un défaut de remboursement des fonds débloqués. Après plusieurs tentatives de conciliation, « Klass Commerce International SARL» s’est engagée à verser la somme de 10 millions F CFA par mois en remboursement de la créance. Cet engagement n’a jamais été respecté. En plus, sur les 100 micro franchises attendues, seulement 17 micro franchises sont installées et fonctionnelles.

Pire, le responsable Charles Kougnon a même lancé une demande de concours complémentaire d’un montant de 200 millions F CFA auprès de l’Agence Emploi Jeunes. Une fin de non-recevoir a été opposée à cette requête par l’agence. Dès lors, selon le communiqué, la phase amiable étant passée, une procédure judiciaire a été initiée le 19 juillet 2021 à l’encontre de « Klass Commerce International SARL» et de 11 autres entreprises. Cette procédure a abouti, le 23 juillet 2021, à l’ordonnance d’injonction de payer n°2517/2021 par laquelle le Tribunal de Première Instance d’Abidjan ordonne la saisie conservatoire des biens meubles ainsi que des créances appartenant à « Klass Commerce International SARL».

A lire aussi: PPA-CI : Franck Anderson Kouassi démissionne et pose ses valises au RHDP

Et contre toute attente, en dépit de l’injonction de payer rendue par le Tribunal de Première Instance d’Abidjan, Monsieur Kougnon Charles a soumis à la Primature le 26 juillet 2021, un projet similaire visant la création de 7000 emplois directs dans le secteur de la coiffure moderne. Les services de la Primature ont transféré le courrier de  Kougnon Charles au Ministère de la promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du service à travers l’Agence Emploi Jeunes qui a opposé un refus à cause du précédent qui liait les deux parties.

Et dans sa dynamique de refus de remboursement du financement, Monsieur Kougnon Charles a attaqué cette décision d’injonction de payer le 13 août 2021. La procédure suit son cours devant le Tribunal de Première Instance d’Abidjan et la prochaine audience est prévue pour le jeudi 27 octobre 2022 pour les communications écrites du Ministère Public.

«Soucieuse à la fois du maintien en emploi des jeunes et du remboursement des crédits octroyés, l’Agence Emploi Jeunes a engagé une phase contentieuse à l’endroit des entreprises en difficultés de remboursement avec l’appui d’un Cabinet d’Avocat », ajoute le communiqué.

Notons que qu’une polémique est née après l’annonce du ministre Touré Mamadou  au cours d’une émission sur la chaîne « lifetv » relativement au refus de Kougnon Charles de rembourser le financement de 790 160 000 FCFA accordé à l’Entreprise « Klass Commerce International SARL».

En réaction, Kougnon Charles a fait une sortie dans les médias pour dénoncer la façon dont le ministre a rendu l’affaire publique. « Nous allons réagir, mes avocats et moi et contredire tout ce qu’il a avancé. Car le problème est plus profond que ça. La sortie de Monsieur Touré n’est pas responsable… », a-t-il dit sur Afrikipresse.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Affaire Affi est-il encore digne de confiance : la réplique salée du FPI à Guikahué

Employabilité des jeunes : 225 auditeurs formés aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration