Santé : les maladies transmissibles par les animaux aux hommes ont connu une hausse de 63% en Afrique de 2012 à 2022





sante-les-maladies-transmissibles-par-les-animaux-aux-hommes-ont-connu-une-hausse-de-63-en-afrique-de-2012-a-2022

image d'illustration



En Afrique, le nombre d’épidémies zoologiques a augmenté de 63%  pendant la décennie 2012-2022  selon un communiqué de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’OMS informe que le continent est confronté à un risque croissant d’épidémies à causes des agents pathogènes zoonotiques comme le virus de la variole du singe que connaissent les animaux et qui change d’espèce avant d’infecter les hommes.

L’organisation révèle que de 2001 à 2022, il a été enregistré 1843 évènements de santé publique en Afrique dont 30% étaient des épidémies zoonoses. En 2019 et en 2020 particulièrement, les agents zoonotiques ont représenté environ 50% des évènements de santé publique. La maladie à virus Ebola et certaines autres fièvres composent 70% des épidémies. Ce sont entre autres, la dengue, le charbon, la variole du singe.

Les cas zoonoses ont augmenté en Afrique parce que le continent a la population qui croit le plus au monde et il y’a une demande importante d’aliments provenant des animaux (la viande, la volaille, les œufs, le lait)

«Les infections d’origine animales qui se transmettent à l’homme existent depuis des siècle mais le risque d’infections et de décès massif était relativement limité en Afrique. Les mauvaises infrastructures de transport constituaient une barrière naturelle » a relevé  la docteure Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Dès 2008, l’OMS a amélioré sa collaboration avec l’Organisation Mondiale des Etats Unis pour l’alimentation et l’agriculture  et l’OMS pour soutenir les moyens mis en œuvre afin de lutter contre les épidémies zoonotique en Afrique.

Jemima NAOUA

En lecture en ce moment

Après le dépôt de sa candidature, Guillaume Soro annoncé à Abidjan avant le 15 octobre

Candidature de Bédié en 2020/Me Blessy répond à Gnamien Yao : " Ce sujet, c’est du folklore qui ne rend pas service au PDCI".