Office du service civique national : plus de 1.700 jeunes en situation de vulnérabilité traités en trois ans (directeur)





office-du-service-civique-national-plus-de-1700-jeunes-en-situation-de-vulnerabilite-traites-en-trois-ans-directeur


Le directeur du service civique national, Touré Mamadou a révélé ce mardi, à Abidjan que ses services ont traité plus de 1.700 jeunes en situation de vulnérabilité en trois ans.

« Le centre de service civique a traité en 3 ans 1.700 jeunes dont 65 % en emploi », a révélé Touré Mamadou lors d’un atelier de renforcement des capacités des hommes de médias et ce dans le cadre de la semaine nationale du civisme.

Mais ce résultat a été jugé insuffisant par la Premier ministre Patrick Achi au regard des besoins de la Côte d’Ivoire qui a décidé de faire installer un centre dans chaque district de Côte d’Ivoire et chaque centre devra traiter au moins 1.000 jeunes par an.

Mais avant, il a situé le contexte de la réactivation du service civique. « Nous sommes dans un contexte où on ne respecte plus les symboles de la République, où les chefs traditionnels et les rois de nos régions n’existent plus. Il n’y a pas de respect vis-à-vis des institutions. Nous sommes dans un contexte où les forces de l’ordre n’influencent plus personne, où les forces de l’ordre rentrent dans l’incivisme au point où eux-mêmes ne respectent plus leur hiérarchie, un contexte où les jeunes ne respectent pas leurs parents et leurs éducateurs », a-t-il présenté.

Selon lui, ce sont ces dysfonctionnements qui ont conduit le pays à un coup d’Etat en 1999 et à la crise militaro-politique de 2002. Pour recadrer ces comportements déviationnistes, le gouvernement a réactivé le service civique en 2016.

« Les jeunes gens qui entrent au service civique ont besoin d’être cadré, ils ont besoin d’ordre, de discipline mais dans un cadre civilo-militaire », a-t-il indiqué, précisant que le service civique n’est pas obligatoire.

L’office du service civique national a pour mission de lutter contre la vulnérabilité des jeunes, de renforcer l’engagement citoyen et d’inculquer des valeurs civiques et citoyennes, rappelle-t-on.

Il a rassuré que les fonds sont décaissés pour construire le premiers centre de service civique de Bouaké qui va être inauguré en septembre. Et progressivement, tous les autres centres vont être construits dans les différents chefs-lieux de district.

La finalité de ce dispositif, c’est de resocialiser, de qualifier, d’insérer en stage et en emploi et in fine, l’autonomisation et le détournement à la violence.

La directrice du département civisme et de la citoyenneté Georgette Bouanh, épouse Kouassi, a insisté sur la promotion des valeurs civiques et citoyennes.

Laciné Diomandé, représentant le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du service civique, a au nom de son mandant, fait savoir que pour cette édition de la semaine nationale du civisme, l’accent sera mis, entre autres, sur le civisme routier, la sensibilisation à la responsabilité citoyenne et l’assainissement de nos villes, villages et quartiers.

Il a plaidé pour que les femmes et hommes des médias soient les relais de bonnes méthodes pour amener les populations à un comportement civique acceptable pour des lendemains meilleurs.

« Chers patrons de presse et chers femmes et hommes de médias, vous êtes le quatrième pouvoir dit-on. Pour ma part en plus de la famille et de l’école, je vous exhorte à être le troisième indicateur, sinon la troisième éducatrice (…) votre engagement est fortement sollicité pour être le prolongement des actions de sensibilisation auprès des populations. Vous êtes un maillon essentiel dans l’avènement de « l’Ivoirien nouveau », a-t-il conclu.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Covid 19: Les nouvelles mesures pour la prise des cendres dans le diocèse d’Abidjan

Commémoration de l’An 2 du décès d’Amadou Gon Coulibaly : Patrick Achi rend hommage à « un homme d’état accompli »