Mamadou Dia crache ses vérités après l’amende infligée au LYS de Sassandra





mamadou-dia-crache-ses-verites-apres-lamende-infligee-au-lys-de-sassandra


Mamadou Dia, Président de LYS Sassandra FC, demande plus de sécurité autour des matchs de la Ligue 1 de Côte d’Ivoire. Son club a écopé d’une amende de 500.000 FCFA suite à l’intrusion d’un supporteur sur l’aire de jeu le 1er octobre 2022, lors de la rencontre contre le Club Omnisports de Korhogo. Pour Mamadou Dia, les responsabilités sont partagées : "un supporteur ne doit pas descendre sur l’aire de jeu mais la Ligue Professionnelle n’a pas joué son rôle".

C’est le CO Korhogo qui a saisi la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), arguant que des "personnes issues des rangs des supporteurs et sympathisants de LYS de Sassandra, ont fait irruption sur l’aire de jeu pour protester contre une décision de l’arbitre". Cet acte a entrainé l’interruption du match pendant environ 3 minutes. La Commission de Discipline de la FIF, réunie le 18 octobre 2022, a décidé de condamner le LYS Sassandra FC à payer une amende de 500.000 FCFA.

"Juridiquement, LYS n’est en rien responsable de ce qui s’est passé", se défend Mamadou Dia que nous avons joint au téléphone. Il explique qu’il n’arrive pas à comprendre pourquoi la sécurité n’est pas renforcée sachant que les matchs de son club drainent du beau monde. "Quoi qu’on dise, en terme d’affluence, après l’ASEC c’est nous. On ne doit pas permettre que des gens viennent sur le terrain parce que c’est tellement simple. Le président de la Ligue Professionnelle était présent et on en a parlé immédiatement au terrain. On exige une grille de protection pour que les stades soient homologués, pour ne pas que les gens puissent descendre sur le terrain. Mais comment le jeune homme a pu passer ? C’était ouvert comme un boulevard", explique Mamadou Dia.

la suite sur rri.info

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/Genre et leadership féminin : la 2e édition de AWF lancée

Réseaux sociaux : Voici pourquoi Facebook, WhatsApp, Messenger … ont connu un bug ce lundi 4 octobre