Election à la tête de l’UNJCI : le ministère de la Communication ne veut pas s’immiscer dans le processus





election-a-la-tete-de-lunjci-le-ministere-de-la-communication-ne-veut-pas-simmiscer-dans-le-processus


Le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement a fait savoir, ce mercredi 9 novembre 2022, après un Conseil des ministres que son ministère ne veut pas s’immiscer dans le processus électoral qui a cours à l’Union national des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).

Le feu couve au sein de cette union où les deux listes à savoir, la liste « Team Lance » conduite par le journaliste Lanciné Touré dit Lance Touré et la liste « Union de toutes les générations », conduite par Jean-Claude Coulibaly ont chacune formulé une requête en annulation contre l’autre auprès du Conseil d’administration de l’UNJCI.

Lire aussi: UNJCI : Le conseil d’administration invalide la candidature de la liste « Team Lance » conduite par Lance Touré

Dans un premier verdict rendu mardi 8 novembre 2022 et signé par le « premier vice-président » le conseil a invalidé la candidature de la liste « Team Lance ».

Quelques heures après, un autre communiqué émanant cette fois-ci du président du Conseil prend à contre-pied le premier et l’annule, rappelle-t-on

Pour le ministre en charge de la Communication, « tant que c’est une bagarre démocratique », ce ne lui pose pas de problème, ajoutant que ce qui se passe à l’UNJCI est une compétition normale pour pouvoir occuper le fauteuil de président de cette organisation.

Lire également: UNJCI : Le président du Conseil d’administration annule la décision d’invalidation de la liste « team Lance »

« Les journalistes ont longtemps lutté pour leur liberté et leur autonomie et même si nous suivons ce qui se passe à l’UNJCI qui est une compétition normale pour pouvoir occuper le fauteuil de président de cette organisation, nous ne voulons pas nous immiscer dans ce processus au nom de la liberté des journalistes », a expliqué le porte-parole du gouvernement qui dit qu’il ne veut pas que cela soit aperçu comme une immixtion du pouvoir public dans la gestion d’une organisation qui est libre, une organisation de la société civile.

« Nous avons confiance aux journalistes. C’est une période qui sera effervescente, c’est normal », a-t-il, ajoutant qu’il regarde les journalistes dans l’exercice de la pratique démocratique.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Yodé réagit : « Je n’ai vraiment rien à dire à ces gens-là »

"Gbagbo ne peut pas donner ni des leçons de respect des textes ni des leçons de démocratie" au RHDP (Bictogo)