La MS-Médias décide de s’offrir un centre médical aux normes médicotechniques





la-ms-medias-decide-de-soffrir-un-centre-medical-aux-normes-medicotechniques


La mutuelle générale des agents des médias privés de Côte d’Ivoire (MS-Médias) a décidé à l’issue de sa deuxième Assemblée générale ordinaire 2022, tenue du 02 au 04 décembre 2022 à Tiassalé de s’offrir un centre médical. Le bilan dressé par le président du Conseil d’administration de la MS-Médias, Sindou Cissé a permis de parvenir à cette décision de doter la mutuelle d’un centre médical.

En effet, il ressort des explications du PCA, Sindou Cissé que les maladies chroniques occupent une part importante dans les dépenses des sept prestations médicales de la MS-Médias.

« L’analyse de nos états financiers révèle que parmi les paramètres déterminants de l’évolution importante des dépenses de santé, l’on note le nombre élevé de malades atteints de pathologies chroniques à caractère grave et particulièrement coûteuses », a-t-il souligné.

Pour certains de ces malades, a expliqué M. Cissé, « la prise en charge s’élève à plus de trois millions FCFA, soit au-delà du plafond familial annuel autorisé par le barème des prestations. D’autres se situent entre 1 500 000 et 3 000 000 FCFA, excédant ainsi le plafond individuel ».

De l’avis de Dr Adama Traoré, médecin-conseil de la mutuelle, l’accent doit être mis sur la prévention et la mise en place d’un centre médical répondant aux normes médicotechniques expliquant qu’en 2021, l’on a enregistré 1.141 consultations généralistes contre 1469 consultations spécialistes avec 98,9% de l’offre des soins dans les structures sanitaires privées.

Pour lui, la situation excédentaire de la mutuelle reste fragile en raison des capacités de pérennisation faibles et du nombre croissant de malades chroniques.

Il a également insisté sur la restructuration de l’offre de soins autour du parcours coordonné du patient, le renforcement du contrôle médical et la sensibilisation des praticiens et des consommateurs de soins.

« Comment la MS-Médias, qui se veut une mutuelle à visage humain, peut-elle durablement offrir des soins de qualité à ces malades sans compromettre son équilibre financier ? », a interrogé M. Cissé.

Pour répondre à cette interrogation, l’Assemblée générale a marqué son accord de voir naître un Centre médical de la MS-Médias capable d’offrir des soins de qualité à moindre coût au plus grand nombre des 3.000 bénéficiaires.

Pour y arriver, la mutuelle a mis en place une unité de consultation médicale au sein de son siège. Ces consultations se font tous les lundis de 08h00 à 13h00, a annoncé le président de la MS-Médias, exhortant les adhérents à y aller pour se faire consulter.

Alain Gérard Kouadio Koménan, représentant le ministre de la Communication et de l’économie numérique, porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, a au nom de son mandant salué les initiatives de la MS-Médias : celles « d’accompagner les individus, de faire le choix de la solidarité face aux coups durs de la vie »

Toutefois, a-t-il averti, « toute œuvre humaine n’étant pas parfaite, il existe quelque fois, des personnes pas toujours de bonne foi qui œuvrent à la création d’un environnement malsain engendrant ainsi des frustrations et des abus de tout genre », « ce qui n’est pas l’objectif de cette mutuelle ».

C’est à juste titre qu’il trouve que le thème choisi cette année pour cette Assemblée générale, « assurance maladie : comment réduire les abus » en est la parfaite illustration.

« Je vous encourage donc à plus d’intégrité et de transparence dans la gestion de cette structure de haute portée sociale », a ajouté M. Koménan, par ailleurs Directeur des ressources humaines du ministère de la Communication et de l’économie numérique.

Il a traduit la satisfaction et l’estime du ministre pour la contribution de la MS-Médias à l’amélioration qualitative de la santé des mutualistes.

Les délégués ont au cours de cette assemblée générale, adopté le plan budgétaire de la mutuelle qui s’équilibre et recette et en dépenses à 529,1 millions de F CFA.

Il se compose notamment des cotisations des adhérents qui s’élèvent à 189 millions FCFA soit 35,72% du budget, des produits des activités génératrices de revenus évalués à 60 millions de FCFA soit 11,34% et des subventions de l’Agence de soutien et de développement des médias (ASDM) chiffrées à 23,27%.

Le maire de la commune de N’Douci, Marcelin Golé et M. Jean Philippe Assamoi de l’Agence ivoirienne de la régulation de la mutualité sociale (AIRMS) ont pris part à l’ouverture de cette deuxième Assemblée générale ordinaire.

Portée sur les fonts baptismaux en février 2017, la Mutuelle générale des agents des médias privés de Côte d'Ivoire (MS-Médias) se veut un outil de solidarité au service des journalistes et agents des médias privés ivoiriens.

Elle dispose de trois produits opérationnels que sont l’assurance santé, le Fonds de solidarité et le projet immobilier.

Lambert KOUAME : Source Sercom MS-Medias

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Législatives à Baya, Kasséré et Siempurgo : Doulaye Coulibaly rassure les populations

Lutte contre la désertification : la Côte d’Ivoire va abriter la 15ème session de la Conférence des parties