Lutte contre la désertification et les dérèglements climatiques : L’appel d’Alain-Richard Donwahi depuis la Cop 27





lutte-contre-la-desertification-et-les-dereglements-climatiques-lappel-dalain-richard-donwahi-depuis-la-cop-27


À Sharm El-Sheikh, en Egypte, où il a participé à la 27e Conférence des parties (Cop) sur le climat, le président de la 15e Conférence des parties (Cop 15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la sècheresse, Alain-Richard Donwahi, a lancé un appel aux dirigeants, acteurs du privé, mais aussi aux populations pour adresser la problématique environnementale sur le continent africain notamment.

De la présentation du Abidjan Legacy program par le vice-président ivoirien, Tiémoko Meyliet Koné, au Forum sur l’Initiative verte saoudienne (Sgi), en passant par le lancement de l’Alliance internationale pour la résilience de la sécheresse (Idra) et l’Initiative verte du Moyen-Orient (Mgi summit) au High level Synergies Event Rio conventions, le High-Level Ministerial Side event on Drought Resilience et les rencontres avec les décideurs du monde entier, le président de la Cop15 a lancé un appel à toutes les parties. Notamment pour la formulation de solutions africaines innovantes et concertées visant à faire face au changement climatique et à la désertification, la promotion d’un meilleur mode de gouvernance pour un développement total et inclusif du continent. Il a aussi plaidé pour l'inclusion du genre dans les politiques de lutte contre le changement climatique, l’identification de projets bancables et aboutis pour trouver des financements et le recours aux fonds privés.

« Il faut que les autres pays de la planète comprennent que nous sommes tous embarqués dans le même navire et que l’avenir de la planète doit être une question concertée, partagée par tous. Il y a un travail à faire par ceux qui financent. Financer des économies fragiles par des prêts va les fragiliser davantage. Il faut donc financer par des dons, le plus possible. Mais il faut qu’en face, les pays qui ont besoin de financement, soient capables de présenter des projets finançables. Il ne faut pas rester au stade des idées. Il faut être concret des deux côtés », a recommandé M. Donwahi sur Tv5 monde, dans une interview réalisée le mercredi 9 novembre en marge de ces assises.

Le président de la Cop15 a réitéré son engagement et celui de son institution à œuvrer contre la désertification afin de répondre aux enjeux socio-économiques induits par le changement climatique en Afrique et dans le monde entier.

Tout en se réjouissant des initiatives nationales, notamment les politiques ivoirienne et égyptienne de lutte pour la reforestation et les meilleures pratiques en termes de gestion des ressources en eaux, M. Donwahi a appelé les décideurs et acteurs du privé à accentuer leurs efforts pour le financement des projets et programme de lutte contre la désertification.

Outre l’Abidjan legacy program, il a plaidé pour l’accélération de la mise en œuvre de la Grande muraille verte : « Je pense qu'il faut une meilleure coordination pour que ce projet avance un peu plus vite. Mais les Etats ont pris la mesure, je pense, de mieux coordonner la mise en œuvre de ces projets », a indiqué l’ex-ministre des Eaux et Forêts.

À l’en croire, « L’Afrique, aujourd’hui, doit être un modèle de transition énergétique. Il faut faire en sorte que l’agriculture soit compatible avec la reforestation. Il faut que les pays africains puissent parler d'une seule et même voix ».

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Les grandes décisions du Comité Politique de Guillaume Soro

Simone Gbagbo : "Il n'y aura pas d'élections en Côte d'Ivoire"