Arrestation de 4 défenseurs des droits de l’homme : CIVIS-CI s’inquiète et encourage les autorités à les libérer « sans délai »





arrestation-de-4-defenseurs-des-droits-de-lhomme-civis-ci-sinquiete-et-encourage-les-autorites-a-les-liberer-sans-delai


L’association d’éducation à la citoyenneté et à la promotion des droits humains (CIVIS-CI) a dans un communiqué, exprimé son inquiétude après l’arrestation survenue 25 novembre 2022 de quatre défenseurs des droits de l’homme dans « l’exercice légitime et pacifique de leur droit à la liberté d’expression et de réunion », lors d’une manifestation pacifique dénonçant la cherté de la vie.

La note, signée par le président du comité exécutif, Dr Christophe Kouamé, encourage toutefois les autorités policières à « garantir l’intégrité physique des quatre défenseurs des droits humains pendant leur emprisonnement ».   

COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

Washington, Abidjan 8 décembre 2022

Arrestation et emprisonnement arbitraire de quatre défenseurs des droits de l’homme : 

Le 25 novembre 2022, les défenseurs des droits humains KIPRE Pacôme, DIANGONE Bi Roland, DOLE Anicet et BEUGRE Thierry, membres d’Urgences Ivoiriennes, une Organisation de la Société Civile Ivoirienne, ont tous été arrêtés lors d’une manifestation pacifique dénonçant la vie chère. 

Le 28 novembre ils ont été transférés et sont toujours détenus à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA).

Le vendredi 9 novembre 2022, aura lieu la première audience confirmant les charges retenues contre eux.

CIVIS Côte d’Ivoire, s’inquiète de leur emprisonnement dans l’exercice légitime et pacifique de leur droit à la liberté d’expression et de réunion garantis par la Constitution ivoirienne. 

CIVIS Côte d’Ivoire encourage les autorités policières Ivoirienne à : 

1-Garantir la Constitution ivoirienne en toutes circonstances et en tous lieux pour que les défenseurs des droits humains puissent mener correctement leurs activités en matière des droits humains sans représailles et sans restriction ;

2-Observer en toutes circonstances la loi n°2014-388 du 20 juin 2014 relative à la promotion et à la protection des défenseurs des droits humains ; 

3- Libérer sans délai et sans conditions les nommés KIPRE Pacôme, DIANGONE Bi Roland, DOLE Anicet et BEUGRE Thierry ;

4-Garantir l’intégrité physique des quatre défenseurs des droits humains pendant leur emprisonnement.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Publi-Reportage/Le CMA CGM SCANDOLA arrive à Abidjan en tant que premier porte-conteneurs au GNL du Groupe à faire escale en Côte d’Ivoire

Elections régionales 2023 :Myss Dogo Belmonde ''Ce n’est pas possible que le RHDP puisse tomber à Gagnoa''