Côte d'Ivoire : Les 46 soldats ivoiriens au Mali ont regagné Abidjan, ce samedi 7 janvier 2023





cote-divoire-les-46-soldats-ivoiriens-au-mali-ont-regagne-abidjan-ce-samedi-7-janvier-2023


L'affaire des 46 soldats ivoiriens encore détenus au Mali a connu son épilogue, samedi 7 janvier 2023. Ces derniers ont regagné Abidjan ce jour dans la soirée. Un retour qui a été marqué d'une pierre blanche par les autorités ivoiriennes dont le premier responsable, le président de la République Alassane Ouattara, était présent à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny pour leur accueil. Il avait à ses côtés le vice-président de la République, Meyliet Tiémoko Koné, et le président de l’Assemblée nationale, Adama Bictogo. « Chers soldats, je voudrais vous rassurer que vous n'avez absolument rien à vous reprocher. Vous étiez allé en mission. C'était d'ailleurs la 8e rotation pour 6 mois. La mission n'a pas été facile, mais vous voilà de retour exactement 6 mois après votre départ de Côte d'Ivoire (…) Je dirais : mission accomplie », a lancé le chef de l'État aux soldats lors d'une cérémonie qui s'est tenue au pavillon présidentiel de l'aéroport d'Abidjan. Pour le ministre d'État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, le président de la République a fait le bon choix en usant de moyens diplomatiques dans cette affaire pour « éviter de croiser le fer » avec le Mali. Le chef du détachement auquel appartiennent les soldats qui étaient détenus au Mali, Lieutenant Kouassi Adams, a adressé pour tout ce qui a été fait pour leur retour dans « la mère patrie ». C'est en juillet 2022 que 49 soldats ivoiriens, en mission onusienne, ont été interpellés à l'aéroport de Bamako, soupçonnés par les autorités maliennes d'être des mercenaires. Les appels et autres menaces de la Côte d'Ivoire et de la CEDEAO n'ont pas fait plier le chef de la Transition au pays de Modibo Kéita, Assimi Goïta, et son gouvernement. En fin d'année 2022, une délégation ivoirienne conduite par le ministre ivoirien Téné Birahima Ouattara, accompagné de représentants du médiateur dans cette crise, le président togolais Faure Gnassingbé, s'est rendu au Mali. Cette visite a été sanctionnée par la signature d'un mémorandum. Alors que tout le monde s'attendait à ce que les choses rentrent dans l'ordre, la Cour d'appel de Bamako a condamné les soldats ivoiriens à 20 ans de réclusion criminelle. Les trois soldates, libérées à la mi-septembre 2022, « pour des raisons humanitaires », ont été condamnées à la peine de mort. Un véritable coup de massue pour le processus. Heureusement, le vendredi 6 janvier 2023, le chef de la junte militaire au pouvoir au Mali a gracié les militaires ivoiriens de toutes les peines auxquelles ils ont été condamnés. Entre-temps, le médiateur en personne était passé par là. Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Des entreprises de presse bénéficient du financement du FSDP pour le développement de leurs rédactions en ligne

Élections municipales à Ouragahio : le candidat du Rhdp dénonce une attaque contre ses affiches de campagne