L'analyse du sélectionneur Souhalio Haïdara après la défaite des Éléphants locaux face aux Lions du Sénégal





lanalyse-du-selectionneur-souhalio-haidara-apres-la-defaite-des-elephants-locaux-face-aux-lions-du-senegal


 

Présent en conférence de presse, samedi 14 janvier, après la défaite de son équipe (1-0), le Sélectionneur de la Côte d’Ivoire, Souhalio Haïdara, a analysé la prestation de ses hommes et promet des changements au prochain match, le mercredi 18 janvier, contre la RD Congo.

 Les enseignements du match 

Depuis la conférence d'avant-match, nous avions signifié que c'était un derby ouest-africain qui s'est déporté dans le Maghreb. On s'attendait à un match difficile. Ça été le cas. L'équipe du Sénégal a débuté la partie pied au plancher. Dès l'entame, les Sénégalais ont affiché leurs ambitions de le remporter. Après 30 minutes, la tendance s'est inversée. On était à deux doigts de scorer. Malheureusement, on a manqué de réalisme. Quand on revient de la mi-temps, l'équilibre est parfait. Sur des faits de jeu, on a encaissé un but. Je pense que le Sénégal n'a pas volé sa victoire.

Les consignes de jeu

Je pense que c'est une défaite logique. Dès l'entame, le Sénégal nous a acculés. On a résisté parce que c'est une équipe que nous ne connaissions pas. On a vu que c'est une équipe très athlétique. On a pu les contenir. Mais après le deuxième quart d'heure, on a essayé de les repousser dans leur camp. Ce qu'on a bien fait. On a eu deux ou trois situations de marquer mais on ne l'a pas fait. J'ai aussi dit que dans ce groupe, nous avons trois finales à jouer. On vient de griller une carte mais on a encore deux dans nos mains.  Même si nous avions gagné, rien ne nous garantit qu'on en sortirait vivants. Cette défaite va certainement nous donner des forces pour aller chercher les deux cartes restantes. Il nous reste deux matchs, on va les jouer à fond. On n'a plus le choix.

La stratégie de jeu

Il fallait être prudent d'entrée. C'est ce que nous avons fait. Après, quand on a remarqué que c'est une équipe qui sortait très bien le ballon, on est allé les chercher. On a obligé le gardien à jouer de grands ballons. Sauf que nous n'étions pas présents sur les deuxièmes ballons. On a essayé de corriger mais malheureusement, ça ne marche pas à l'intérieur. Je pense que c'est ce qui nous a posé beaucoup de problèmes. Il fallait aller les chercher devant, dans le grand rectangle pour les obliger à jouer les grands ballons. On n'était pas présents aux duels. Je pense qu'on a facilité la tâche à l'équipe du Sénégal qui a aussi montré plus d'envie que nous. Mais cela ne veut pas dire qu'on va perdre les deux prochains matchs. Il faudra corriger ça pour le second match. Parce qu'on c'est ce qui nous reste à faire.

Des changements à venir 

Tout de suite, je vous dis que pour le prochain match, il y aura forcément des changements. Parce que nous sommes obligés de revoir notre stratégie, notre façon de jouer. Pour les deux matchs qui nous restent, on n'a pas le droit à l'erreur. Il va falloir mettre les gens qui ont envie d'aller chercher la victoire face à la RDC. Le groupe est un mélange de jeunes et d'anciens. Il y des gens qui découvrent la compétition internationale. C'est vrai qu'on n'a pas le résultat espéré mais sportivement c'est une très belle chose pour nous. Nous allons continuer de parler avec les jeunes et faire en sorte qu'ils soient à la hauteur de nos attentes lors du prochain match.

Le message aux Ivoiriens 
Ce que je voudrais dire, c'est qu'on a suivi toutes les analyses, les critiques. Pour moi, ce sont des analyses fondées, des critiques qui sont à leur place. Mais comme je l'ai dit, ceux qui critiquent et analysent ne le font pas dans le but de nous voir échouer. Ils le font pour que les choses changent. Parce que c'est leur pays et ils veulent du bien pour leurs pays. Malheureusement, ils n'ont pas la faculté de pouvoir changer les choses. C'est une responsabilité qui nous revient en tant qu'homme de terrain. Nous avons deux cartes à gérer, nous allons faire de notre mieux pour faire changer les choses. Je veux dire aux Ivoiriens que nous écoutons leurs critiques et analyses, on va s'en servir et essayer d'aller au-delà de leurs attentes.

 

GZ avec Sercom 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

La Côte d’Ivoire accueille la 45e assemblée parlementaire de la Francophonie

Réaménagement technique : Ouattara éjecte Mabri du gouvernement et fait entrer Albert Flindé