Deuil : L'ex ministre Paul Akoto Yao est décédé





deuil-lex-ministre-paul-akoto-yao-est-decede

L'auteur de l'envol des tisserains a définitivement déposé sa plume



L'ancien ministre de l'Éducation nationale, Paul Akoto Yao, est décédé ce mardi 17 janvier 2023. Pour l'heure, le lieu de son décès reste inconnu. On sait par contre qu'il souffrait depuis plusieurs années d'un mal lié à son âge avancé (85 ans).

« C'est avec une profonde tristesse que j'apprends le rappel à son Père, de l'immense intellectuel et homme politique qu'était le ministre Paul Akoto Yao », a publié l’ex-membre du gouvernement Eric Kahé, son camarade de parti alors qu’il était militant de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI). Et il le dit lui-même : « Homme de culture, de pondération et de modération, formé à l'école de la vie du président Félix Houphouët-Boigny, c'est au sein de l'UDPCI que j'ai le mieux côtoyé l'homme après mes premiers contacts avec lui pendant ma présidence du comité MEECI du Lycée Houphouët-Boigny de Korhogo et celle du campus universitaire du comité des résidents de la Cité Rouge ».
Akoto Yao aurait eu 85 ans le 12 avril. Il est né en 1938 à Sakassou. Compagnon du premier président de la République de Côte d'Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, il est le premier agrégé ivoirien de biologie. Cadre du PDCI-RDA, il déposera ses valises à l'UDPCI après le coup d'État de Robert Guéi en décembre 1999. Il en assurera même la présidence au décès de ce dernier, avant de prendre ses distances quand on lui préférera Albert Mabri Toikeusse pour diriger cette formation politique.
Paul Akoto Yao c'est aussi et surtout l'intellectuel et l'écrivain. Il a à son actif plusieurs œuvres littéraires dont la plus célèbre demeure l'Envol des tisserins, un roman.

Modeste KONÉ

À lire également : Rififi à la FIDHOP : Une dizaine de membres se désolidarise de Dr Boga Sako

En lecture en ce moment

Respect des droits des consommateurs de téléphonie mobile : Un opérateur s’aligne aux textes, deux autres résistent

Athlétisme : Amadou Dia ( Directeur AADC),"Il faut le minimum à la fédération pour former d'autres Ahouré et Ta Lou"