Plus de 84 % des programmes immobiliers en 2022 n’ont pas d’autorisation





plus-de-84-des-programmes-immobiliers-en-2022-nont-pas-dautorisation


Le ministre ivoirien de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme a révélé, ce jeudi 26 janvier 2023, lors d'un déjeuner de presse à Abidjan, que sur 144 programmes immobiliers contrôlés par ses services, 122 d’entre eux n’ont pas eu d’autorisation, soit 84,72 %.

« En 2022, le bilan est de 141 programmes immobiliers contrôlés, dont 122 non autorisés », a révélé, ce jeudi, Bruno Koné, ajoutant que le nombre de chantiers contrôlés par ses services est passé de 2.726 en 2020 à 9.867 en 2021 et à 14.182 contrôles déjà réalisés en 2022.

Ces contrôles, selon le ministre, font suite à des plaintes de personnes qui se sont investies dans des programmes immobiliers et qui, après, constatent que le gestionnaire a disparu ou que le programme s’est arrêté.

« On a décidé nous-mêmes de mettre de l’ordre. On a besoin certes de logements, mais on ne peut pas laisser prospérer le desordre », a martelé le ministre, qui a en outre fait savoir que son ministère a renforcé le contrôle sur les constructions neuves, mais également sur les bâtiments déjà en exploitation, alors que ce n’est plus la responsabilité du ministère, estime Bruno Koné.

Ces contrôles ont permis de détecter dans le grand Abidjan, «79 bâtiments» qui présentent des risques d’instabilité, selon l’orateur qui dit avoir invité les maires territorialement compétents afin d’évacuer l’ensemble des habitants et à enjoindre au propriétaire de faire réaliser des études de stabilité et de solidité.

Tout en indiquant que huit de ces bâtiments ont déjà été évacués, le ministre en charge de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme regrette que des populations, bien que conscientes des risques qu’elles courent, ne veuillent pas partir.

S’agissant des démolitions, « nous en avons eu une en 2020, 51 en 2021 et 165 en 2022», a détaillé Bruno Koné, regrettant que le minimum de précaution n’ait pas été prise par les maîtres d’ouvrage pour éviter ces démolitions.

« Tous ces contrôles ont permis de réduire le nombre d’effondrements. Avant 2020, il y avait effondrement pratiquement tous les mois. Soit 11 effondrements en 2020, deux en 2021 et trois en 2022 et depuis mars 2022 jusqu’à ce jour, aucun cas d’effondrement » n’a été signalé, s’est-il réjoui.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Condamnation de Jacques Mangoua : EDS "s’insurge contre ces manœuvres d’intimidation des tenants du pouvoir"

Covid-19 : La majorité des véhicules de transport contrôlés en conformité respecte les mesures sanitaires