Mesure de distribution du lait infantile uniquement dans les pharmacies : Parents et boutiquiers expriment leurs inquiétudes





mesure-de-distribution-du-lait-infantile-uniquement-dans-les-pharmacies-parents-et-boutiquiers-expriment-leurs-inquietudes


Le gouvernement ivoirien a décidé qu’à compter du début du mois prochain, seules les pharmacies seront habilitées à vendre le lait infantile. «À partir du 1er mars 2023, seules les pharmacies seront les points de vente autorisés pour les laits infantiles. La qualité et les prix y sont garantis», a écrit le gouvernement sur son portail. Une initiative qui, a priori, ne devrait poser aucun problème puisqu’il s’agit là d’une question de santé des enfants. Etant donné qu’il est indiscutable que les produits sont bien conservés dans ces officines. Mais là où c’est inquiétant, c’est au niveau de l’accessibilité et les prix des laits pour enfants.


Des parents que nous avons pu rencontrer nous informent qu’ils sont inquiets quant aux prix des denrées alimentaires de leurs enfants. En effet, selon eux, les pharmacies sont plus chères que les grandes surfaces et autres boutiques de quartiers. Une dame nous a confié que la boîte de lait de son bébé dont le prix varie entre 5 300 FCFA et 5 600 FCFA dans le supermarché, revient à 6 000 FCFA à la pharmacie. Cette seule différence de prix inquiète déjà la population.


Se pose aussi la question de l’accessibilité. Ce n’est un secret pour personne que les pharmacies ne sont pas dans toutes les zones. Aussi bien dans certaines zones d’Abidjan qu’à l’intérieur du pays. Par contre, dans chaque quartier, il y a au moins une boutique où, à tout moment, on peut avoir le lait pour son bébé. Le week-end, le problème se pose surtout parce que la pharmacie de garde n’est pas forcément à proximité. Pourtant, les supermarchés, eux, fonctionnent maintenant tous les jours de la semaine. «Pour une boîte de lait, un citoyen devrait-il dépenser en transport 1000 FCFA ou plus ?», interrogent des parents. Qui se demandent ce que feront les parents dans les zones reculées où il n’y a pas de pharmacies.


Dans cette affaire, il n'y a pas que les populations qui s'inquiètent. De nombreux supermarchés et autres boutiques détiennent encore plusieurs cartons de lait en stock. Un responsable de supermarché que nous avons rencontré lundi 20 février 2023, à Marcory, nous exprime son inquiétude: «Depuis quelques mois, nous étions prudents dans nos commandes de lait infantile. Nous avions plus ou moins l’information. Mais il faut reconnaître que nous avons encore en stock plusieurs cartons de lait. Et, franchement, nous sommes quasi certains de ne pas pouvoir les écouler avant la date du 1er mars 2023. Pour nous, ça sera une grosse perte». Son gestionnaire de stock, à côté de lui, dit ne pas comprendre cette mesure. Il pense que s’il y a bien des surfaces qui conservent bien le lait et qui vérifient régulièrement les dates de péremption, ce sont les supermarchés. Il avait le net sentiment que cette mesure a été prise «injustement contre les grandes surfaces».


En somme, les parents, bien que reconnaissant que cette mesure a été prise pour le bien-être et la santé des enfants, trouvent qu’il serait bon de prendre en compte les paramètres d’accessibilité et de coûts avant de rentrer dans la phase pratique de cette décision. Quant aux supermarchés, ils pensent que les grandes surfaces ne devraient pas être retirées du réseau de vente du lait infantile.
 

Modeste KONE 

En lecture en ce moment

Toute la vérité sur l’état de santé de Michel Bohiri

Des assassins du jeune Ibrahim Lukaku mis aux arrêts