Mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine : La Russie banalise, l'Occident se réjouit





mandat-darret-contre-vladimir-poutine-la-russie-banalise-loccident-se-rejouit

Vladimir Poutine s'est rendu, ce dimanche 19 mars 2023, en territoire ukrainien



La Cour pénale internationale (CPI) a lancé un mandat d'arrêt contre le président russe, Vladmir.Poutine, pour « déportation illégale » d'enfants ukrainiens vers la Russie. Depuis, les réactions fusent de partout. Surtout, du côté du Kremlin où on rappelle au tribunal international et à l'Occident que la Russie n'est pas partie-prenante du traité de la CPI. Dès lors, selon la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, « les décisions de la Cour sont insignifiantes pour son pays ».
Comme elle, l'ancien président russe, Dimitri Medvedev, qui ne reconnaît pas également la compétence de la CPI a dit : « La CPI a lancé un mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine. Il n'est pas nécessaire d'expliquer où ce papier doit être utilisé » (Un message sur son compte Twitter accompagné de papier toilette).
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré, de son coté, que cette décision ne signifiait rien pour la Russie: «Nous considérons la formulation même de la question comme scandaleuse et inacceptable. La Russie et un certain nombre d'États ne reconnaissent pas la compétence de ce tribunal. Par conséquent, toute décision pour la fédération de Russie du point de vue de la loi est nulle et non avenue ».
Le sénateur russe Andrey Klisha, au micro d'une radio russe, a déclaré : « Après avoir pris une décision aussi absurde, la CPI s'est engagée sur la voie de l'auto-liquidation (…) la Fédération de Russie doit immédiatement délivrer un mandat d'arrêt contre tous les juges de la CPI ».
Les réactions ne viennent pas que de la Russie. L'animateur radio Claudy Siar, très connu pour ses coups de gueule, a également donné sa position sur ce mandat d'arrêt : «Justice internationale à géométrie variable ! Heureusement que le ridicule ne tue pas (pourtant, je ne suis pas anti ou pro-russe). J’attends également celui contre George Bush, Tony Blair et pas seulement ! (Contrairement aux États africains qui se sont fait avoir dans la ratification du traité de Rome, la Russie comme les États-Unis, la Chine… n’en sont pas signataires).
Du côté américain, le président a jugé, vendredi, que le mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale contre Vladimir Poutine pour crime de guerre est « justifié ».
En France, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a déclaré, dans une interview, que la délivrance de ce mandat d'arrêt est une décision «extrêmement importante».  Pour elle, c’est la preuve que «tout responsable de crime de guerre ou de crime contre l'humanité devra rendre des comptes, quel que soit son statut ou son rang».
Comme on pouvait le prévoir, le mandat d'arrêt contre Vladimir Poutine divise. Les positions sont tranchées. Pouvait-il d'ailleurs en être autrement quand on sait que dans le conflit russo-ukrainien, chacun campe sur sa position ? Maintenant, la décision a été prise. Reste à savoir comment ce mandat d'arrêt sera exécuté.

Modeste KONÉ
 

En lecture en ce moment

Uefa Champions League : les résultats de la soirée de mercredi

Mawell Cornet va prolonger avec l'Olympique Lyonnais