Pressecotedivoire.ci à la croisée des chemins





pressecotedivoireci-a-la-croisee-des-chemins

Les patrons de la presse ivoirienne à Grand-Bassam pour un séminaire sur pressecotedivoire.ci



Les 9,10 et 11 mars 2023, les sociétaires de pressecotedivoire.ci se sont réunis à Grand-Bassam pour réfléchir sur le bilan et les perspectives de leur société commune : la SEPCI. Au départ, il s’agissait de relever un défi: celui de démontrer que les propriétaires de la presse ivoirienne étaient capables de vendre l’ensemble de leurs titres sur une et une seule plate-forme numérique. 

Cependant, il y avait un préalable pour pouvoir assurer le succès à 100% : il s’agissait de la clause de l’exclusivité des Unes et du contenu. En français facile, toutes les Unes des journaux de la presse ivoirienne ne devraient «être accessibles en exclusivité» que sur une seule plate-forme appartenant au GEPCI, le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire. 

Mais comme toute innovation, au départ, il y a 3 groupes : ceux qui croient totalement à la faisabilité, ceux qui n’y croient pas et ceux qui hésitent. Puis est né un quatrième groupe : ceux qui veulent voir avant d’y adhérer totalement.
Cinq ans après le lancement de www.pressecotedivoire.ci, le premier constat est le non-respect de la clause de l’exclusivité. 

Ça, c’est la mauvaise nouvelle. Et comme il n’y a pas de mauvaise nouvelle sans bonne nouvelle, on constate que le revenu de ceux qui ont fait entièrement confiance à notre plate-forme est en constante et notable augmentation. En tout cas, ils ont gagné plus que ce qu’ils gagnaient chez nos concurrents. Donc la marche de pressecotedivoire.ci est inarrêtable, irréversible et irrésistible. Il n’y a plus de doute. YES WE CAN !

Alors, que faire maintenant et aujourd’hui-même ? Tout d’abord, changer de paradigme : la recherche effrénée de l’exclusivité certes, mais parallèlement, il faut renforcer en qualité et en quantité l’offre éditoriale doublée d’une stratégie de veille éditoriale. On n’a pas le choix. Notre avenir, l’avenir de nos titres, est dans la réussite de pressecotedivoire.ci. 

C’est la mère des batailles de la presse ivoirienne. Se joue là aussi, l’avenir des journalistes, du personnel de nos rédactions. Ce message doit être transmis par les patrons de presse à leurs équipes : il faut sonner la mobilisation générale à tous les niveaux. D’où la nécessité d’avoir dans chaque rédaction, une personne ressource pressecotedivoire.ci. Oui, une personne au quotidien qui assurera une liaison permanente, une liaison entre nos rédactions et celle de pressecotedivoire.ci.

Ce rapprochement de nos rédactions avec la rédaction de pressecotedivoire.ci doit être complété par un accompagnement technologique pour moderniser nos rédactions. La digitalisation, la numérisation de la presse doivent exiger de nos patrons de presse, une vigilance accrue, car la technologie évolue rapidement. D’où la nécessité d’une veille technologique à pressecotedivoire.ci avec un département de recherche et développement à mettre en place par le Gepci.

De nouveaux produits comme la vente des archives, les articles ciblés, les publi-reportages groupés sont autant de chemins nouveaux à explorer et à exploiter.
En tant que communicateurs professionnels, nous devons être imbattables sur le champ de la communication et du marketing de notre produit phare qu’est pressecotedivoire.ci. 

Dans cette perspective, l’organisation régulière d’une journée numérique serait une excellente opportunité pour faire connaître notre plate-forme numérique.
En un mot comme en cent, notre avenir, c’est pressecotedivoire.ci et l’avenir de pressecotedivoire.ci, c’est nous-mêmes.

Ousmane DOUKOURE, PCA du GEPCI

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Reprise du dialogue politique le 20 janvier prochain (ministère)

Côte d’Ivoire/ L’hypermarché Cosmos de Yopougon officiellement ouvert