Tanella Boni (écrivaine) : «le livre est le premier instrument de l’être humain»





tanella-boni-ecrivaine-le-livre-est-le-premier-instrument-de-letre-humain

L'écrivain Tanella Boni invité d'honneur du SILA



L’écrivaine Suzanne Tanella Boni est l’invitée d’honneur de la 13è édition du Salon international du livre d’Abidjan (Sila). A ce titre, elle a animé la conférence inaugurale sur le thème du salon : « Le livre dans tous ses états », le mardi 9 mai 2023 au Palais de la culture d’Abidjan-Treichville.

Dans son exposé, elle a affirmé que le livre est indispensable dans la vie de l’être humain. «Depuis les tablettes archaïques jusqu’aux tablettes numériques, nous avons une idée de ce qu’a pu être le livre. Il a une histoire. S’il semble être un moyen de communication, il ne ressemble à aucun autre », a rappelé Tanella Boni

Pour la philosophe-écrivaine, le livre est menacé par l’ère de la digitalisation. Il est aujourd’hui menacé de toutes parts sur les réseaux sociaux. Ce qui a poussé l'auteure à se poser la question de savoir s’il y aura des écrivains dans les années à venir.

La professeure de philosophie estime à juste titre que ce salon est l’endroit par excellence où le livre se donne à voir, se met en scène, attire les foules. «On rêve qu’il puisse y avoir de tels salons tous les jours », a-t-elle souhaité.

Pour cette13è édition, le Sila rend hommage à cette auteure de nombreux romans tels que Une vie de crabe (1990), Les baigneurs de lac Rose (1995) et Sans parole ni poignée de main (2023). Mais aussi des poèmes Labyrinthe (1984), Il n’y a pas de parole heureuse (1997) ou encore des essais comme Habiter selon Tanella Boni (2018).

Elisa Achi ( Stg)

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / Forces armées : Le président de la République a approuvé de nouvelles nominations

Abidjan : Des populations bloquent des axes routiers pour réclamer l’installation du maire élu Ehouo Jacques