Leadership féminin : les femmes professionnelles de l’eau à l’école des bonnes pratiques





leadership-feminin-les-femmes-professionnelles-de-leau-a-lecole-des-bonnes-pratiques

une vue des participantes au séminaire de formation des membres du RIFPEA



A l’initiative du Réseau international des femmes professionnelles de l’eau, de l’assainissement et de l’environnement (RIFPEA), s’est tenu ce jeudi 8 juin 2023, dans les locaux du bureau de l’UNESCO Abidjan, un atelier de renforcement des capacités, sur le thème « Leadership ».

Selon la présidente du RIFPEA, Mme Léontine Koffi, il s’agit de donner des atouts et des outils nécessaires pour permettre aux femmes du secteur d’avoir des compétences nécessaires pour prétendre à des postes de responsabilité.

« Nous organisons ces modules de formation pour permettre à nos membres d’acquérir des connaissances et des capacités nécessaires pour briguer certains postes de responsabilité et évoluer dans la hiérarchie de leurs fonctions », a-t-elle expliqué à l’entame de l’atelier.

Trois modules ont été enseignés à la vingtaine de participantes. Il s’agit tout d’abord du sous-thème « réussir son entretien d’embauche », présenté par le chef du département des ressources humaines de GS2E, M. Hounnou Cédric. Ce dernier a donné les rudiments pour impressionner un jury de recrutement par son CV, sa posture, son savoir sur l’entreprise et sa culture générale. Le conférencier a donné des astuces « simples mais efficaces » tels que le respect de la culture de l’entreprise ou encore des codes vestimentaires pour remporter le suffrage des jurés. Il a recommandé surtout d’éviter le stress et de poser des questions pour mieux comprendre les besoins de l’entreprise qui recrute. 

Après ce module, M. Ouattara Mamadou du programme Wash pour les municipalités (Muniwash) s’est exprimé sur les sous-thèmes « personnalité et groupe » et « esprit d’équipe ». Il a défini, avec la participation des séminaristes, ce que signifient ces deux groupes de mots. Il a informé son auditoire sur les modèles de tests de personnalité les plus utilisés que sont « Mbti », «Papi », «Sigmund », « Sosie » et « Big Five ». Il a expliqué que ces différents tests qui sont d’origine professionnelle, militaire et clinique visent en général, à déceler les centres d’intérêt des candidats qui postulent à des emplois.

Le dernier module, « résolution des conflits », a été traité par Mme Raphaelle Kouassi, spécialiste genre et inclusion sociale de Muniwash. Celle-ci a défini le conflit comme une lutte et un affrontement d'intérêts, d'opinions ou même de principes. Elle les a classifiés en six groupes et présenté les causes des conflits qui sont entre autres le manque de communication, le manque ou le non-respect des règles, un sentiment d’injustice, un conflit de personnalité, de valeur et organisationnel. Pour finir, Raphaelle Kouassi a fait savoir que pour minimiser les conflits, il faut des recours hiérarchique, l’arbitrage et la négociation.

Au terme de cette journée de formation, les participantes ont dit être satisfaites de ces modules qui leur donnent les moyens de mieux s’exprimer dans leurs différents secteurs d’activités.

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Remplacement du FCFA par l’Eco : Les ministres de l’UEMOA se félicitent des "avancées historiques"

Le Ministre Tchagba appelle à une intensification de la lutte contre l’orpaillage clandestin et les feux de brousse