Couper-decaler : Ariel Sheney ''Arafat ne peut pas être jaloux de moi, je suis son fils, il est mon père''





Couper Decaler,Arafat dj,Ariel Sheney,Amina,Yorogang


L'artiste ivoirien Ariel Sheney, très en vogue présentement avec son tout dernier single intitulé Amina, a refusé  de classer son ex-mentor , Arafat dj au rang des personnes qui jalousent son succès,  contrairement aux nombreuses spéculations sur la toile qui ont fait suite à la vidéo publiée par Arafat Dj. le boss de Yorogang affirmait qu'il avait pardonné mais pas oublié le fait qu'Ariel pSheney ait quitté sa structure de production. Il avait également declaré la guerre à tous las faiseurs du Coupé-decalé.  

 

A lire aussi : Record historique pour Ariel Sheney et ''Amina''

 

« Arafat ne peut pas être jaloux de moi, je suis son fils, il est mon père. Il fait partie de ceux qui ont fait la pub de la chanson Amina. Il a kiffé le clip, il n’a pas hésité à m’appeler pour me dire Félicitations » a laché le petit nouchi d’Abobo à Radio Vibe. Il a par ailleurs précisé qu’il n’est pas en conflit avec son ex-mentor. « Je ne suis pas en conflit avec Arafat, c’est quelqu’un qui m’a aidé, nos relations à ce jour sont bonnes », a soutenu Ariel Sheney.

 

A lire aussi : Côte d’Ivoire / Showbiz : Qui est "Amina de Ariel Sheney" qui enflamme les réseaux sociaux ?

 

Rappelons qu'Ariel Sheney a été révélé au public ivoirien en 2012 alors qu'il intervenait en tant qu'arrangeur et chanteur au sein de la Yôrôgang, la structure de production musicale crée par Arafat dj. Après plusieurs année de collabaration, Ariel Sheney , suite des incompréhensions avec son boss decidé de se retirer de la Yôrôgang pour une carrière solo en décembre 2017. Après plus d'une année d'autoproduction Ariel Sheney s'est engagé avec la très sérieuse maison de production internationale Sony Music qui l'a accompagné avec la sortie de son dernier single qui connait un succès phénoménale.

 

Gael ZOZORO

En lecture en ce moment

Championnat d’Afrique de Police: Les hostilités s’ouvrent ce vendredi à Abidjan

Les centaines de millions pour Notre-Dame font débat dans la France des “gilets jaunes”