Lutte contre les violences basées sur le genre : la journaliste Raïssa Yao sort une œuvre littéraire





lutte-contre-les-violences-basees-sur-le-genre-la-journaliste-raissa-yao-sort-une-oeuvre-litteraire

l'écrivaine Raissa Yao entourée des autorités présentes à la dédicace de son ouvrage



Dans le souci d’apporter sa contribution à la lutte contre les violences basées sur le genre, la journaliste et bloggeuse Raïssa Yao a sorti un ouvrage intitulé « Non, ce n’est pas de sa faute ».

C’est un recueil de cinq nouvelles, fondé sur la narration des réalités de la vie de la femme dans les différentes étapes de son évolution.

Au cours de la cérémonie de dédicace le vendredi 11 août 2023 à Abidjan, l’auteure a expliqué que c’est un plaidoyer pour l’égalité des sexes et l’amélioration de la condition de la femme.

« Cet ouvrage n’est pas seulement une œuvre littéraire, c’est un outil de sensibilisation pour l’égalité des sexes et pour la lutte contre les VBG », a déclaré la secrétaire exécutive de l’Observatoire national de l’équité et du genre (ONEG), Kaba Fofana Yaya Fanta présente à cette cérémonie.

Elle a, à cette occasion, animé un panel autour du thème : « Le féminisme en Côte d’Ivoire, réalités et perspectives », aux côtés de la présidente du Réseau des femmes journalistes et professionnelles de la communication, Agnès Kraidy, qui a préfacé l’ouvrage.

Une occasion pour les panélistes de présenter l’œuvre qui relève les stéréotypes auxquels font face les femmes dans la société, attire l’attention des jeunes filles sur les futurs défis qui les attendent, et donne une nouvelle orientation des axes de combat dans la lutte pour l’égalité des sexes, notamment la sensibilisation des femmes pour plus de solidarité entre elles.

A travers « Non, ce n’est pas de sa faute », Raïssa Yao aborde des sujets tels que la souffrance due à l’endométriose, l’avortement clandestin (forcé), l’adultère, le SIDA, les filles mères, les viols.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Deuil : l’écrivain Camara Nangala range sa plume

COVID-19: Un malade pris en charge dans le district sanitaire de Tiassalé