Défécation à l’air libre : une Ong se dresse contre ce dangereux phénomène pour l’homme





defecation-a-lair-libre-une-ong-se-dresse-contre-ce-dangereux-phenomene-pour-lhomme


 La défécation à l’air libre est un phénomène courant dans les ménages en Côte d’Ivoire, et principalement dans les zones rurales. Ce qui constitue un danger pour la santé humaine, selon les propos du président de l’Ong Cadre de vie sain (Cvs), Sillué Kolo.   

« Que ce soit en ville, comme dans les villages, il y a plusieurs personnes qui vont déféquer dans la nature; tout le monde ne va pas dans les latrines. Ces déchets contaminent les aliments que nous consommons. Quand il pleut, ces déchets sont acheminés dans les sources d’eaux… et cela est à l’origine des maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, la diarrhée », a-t-il confié dans un entretien accordé à pressecodivoire.ci, tout en ajoutant que c’est dans l’objectif de promouvoir la santé en milieu rural que l’Ong dont il est le président a été créé en 2017.

«Nous voulons œuvrer à la salubrité des villages pour maintenir un cadre de vie sain. Nous sensibilisons les populations rurales contre la défécation à l’air libre et pour ce faire, nous contribuons à la construction des latrines », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Dr Sillué Kolo a fait mention des actions réalisées par sa structure depuis sa création. « Nous avons construit en 2020 des latrines communautaires à Nogo Taha, un village de la sous-préfecture de Dikodougou. Il y a des toilettes en construction dans un autre village dans la sous-préfecture de Diembé, dans la région du Poro. Ces latrines seront livrées d’ici deux ou trois mois », a indiqué le président de l’Ong CVS, qui espère que sa structure bénéficiera d’un financement pour amplifier ses activités à travers le pays.  

« Les difficultés que nous rencontrons sont essentiellement financières. Nous travaillons sur fonds propres. Quand nous établissons les budgets, chaque membre contribue en cotisant. Nous n’avons pas eu de subvention. Nous souhaitons ardemment en avoir. Si nous avons des financements, nous prévoyons de construire des latrines familiales dans les villages », a-t-il ajouté.

 GZ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Ces détenus et exilés à ne pas oublier

Retour de Gbagbo