Affaires terrains nus des ex-FDS : vers un dénouement heureux pour toutes les parties





affaires-terrains-nus-des-ex-fds-vers-un-denouement-heureux-pour-toutes-les-parties


Après le bras de fer entre les détenteurs de droits coutumiers, les fournisseurs, les créanciers et les promoteurs Azuréennes et Sophia SA, et le Fonds de prévoyance militaire (FPM) les choses semblent aller dans le sens de l’apaisement, à en croire le président directeur général de SOPHIA SA, Touré Ahmed Bouah. Face à la presse ce jeudi 30 novembre 2023, à la Maison de la presse, il a exprimé la disponibilité du Fonds à payer dans un bref délai toutes les parties prenantes.

« Ils nous ont donné de bonnes nouvelles. Ils nous ont dit que demain ou la semaine prochaine, l’argent étant à leur disposition, ils vont payer », a assuré Touré Ahmed Bouah qui dit préférer laisser la place aux pourparlers et à la bonne fois des décideurs du Fonds de prévoyance militaire (FPM), au plus haut niveau.

Cette assurance, le PDG de Sophia S.A la tient de la rencontre qui a eu lieu entre le FPM, Sophia S.A et les structures partenaires dans la matinée de ce même jeudi.

« Ils nous ont rassuré que nos purges seront payées dans la semaine », a assuré M. Bouah qui a saisi l’occasion pour exprimer sa gratitude au directeur général du Fonds. Il a toutefois promis de s’exprimer la semaine prochaine sur l’évolution de ce dossier.

Au cours de cette rencontre avec la presse, M. Bouah avait à ses côtés les acteurs impliqués dans ce dossier, notamment les  porte-paroles des détenteurs de droits coutumiers (DDC)  du stade olympique d'Ebimpé, d'Anyama Ebimpé, d'Akoupé Zeudji,   des créanciers des promoteurs, celui de la FENACCI et les responsables d'Azuréenne promotion. Tous ont exprimé leur mécontentement face au non-paiement de leurs droits par le FPM et exprimé leur soutien au PDG de SOPHIA SA, leur interlocuteur.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Le Chef de l’Etat a pris part à la clôture du 8è TAC à Ouagadougou.

La viande rouge, bien ou mal? Un groupe de chercheurs crée la controverse