Bédié, un miraculé







S’il y a un fait sur lequel tous les analystes politiques s’accordent et pour lequel ils sont tous sans réponses, c’est la capacité qu’offre la politique, pour tous les acteurs, de pouvoir rebondir quelques soit le niveau d’où il a chuté. C’est un vrai miracle que nul n’est parvenu, jusqu’ici à expliquer. Le président Henri Konan Bédié en est l’illustration parfaite en Côte d’Ivoire. Il est un vrai miraculeux de la politique ivoirienne, à chaque fois qu’on le croyait fini, il a toujours su rebondir. De la, lui vient son surnom de sphinx, traduisant sa capacité à rebondir toujours de ses cendres. Henri Konan Bédié, aujourd’hui, âgé de 85 ans a connu diverses fortunes politiques. Il est nommé, très jeune, à l'âge de 27 ans, premier ambassadeur de la Côte d`Ivoire indépendante aux Etats-Unis d`Amérique et au Canada, il assure la présence ivoirienne sur la scène internationale et s`emploie à développer les relations économiques et financières avec le continent nord-américain. Dès son retour en Côte d`Ivoire, en 1958, il assume les fonctions de directeur à la Caisse de Prévoyance sociale et des Prestations familiales et contribue à jeter les bases du système de sécurité sociale ivoirienne. En 1966, il se voit confier, durant onze ans, sans discontinuité, le ministère des Finances. Il est l`artisan de la croissance économique exceptionnelle de la Côte d`Ivoire, qualifiée de " miracle ivoirien ". Comme ministre des Finances, son autorité professionnelle devient internationale. Malheureusement, il est débarqué, brutalement, pour des raisons, jusqu’ici, jamais élucidées. Mais n'empêche, il se retrouve conseiller à la Société financière internationale, filiale de la Banque mondiale alors présidée par Robert Mac Namara, il contribue á la promotion des investissements privés en Afrique noire. Revenu en Côte d`Ivoire, il est élu député et maire de Daoukro. Il est également élu Président de l`Assemblée nationale qu`il dirige avec talent de 1980 à 1993.A la mort du Président Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, il accède á la magistrature suprême en vertu de l`article 11 de la constitution ivoirienne. Son passage à la tête de l`Etat ivoirien, de 1993 à 1999, est caractérisé par une vigoureuse relance économique et de nombreuses réformes structurelles pour moderniser le pays. Le putsch du général Robert Gueï, le 24 décembre 1999, le contraint à abandonner le pouvoir. Après 22 mois d'exil en France, Henri Konan Bédié rentre au pays en octobre 2001 pour participer au Forum de réconciliation nationale. Il prend la tête de l’opposition réunie au sein du Rhdp. Faiseur de roi lors de la présidentielle de 2010, c’est désormais l’homme le plus courtisé de Côte d’Ivoire. Depuis décembre 2014, un pont d’Abidjan porte même son nom. Précédemment fidèle allié d’Alassane Ouattara, il est depuis leur rupture celui qui est en passe de lui ravir le fauteuil présidentiel. Et devenir ainsi le premier président ivoirien à reconquérir le pouvoir, après l’avoir perdu par un coup d’Etat militaire. Cette probabilité se dessine de plus en plus, vu la côte de popularité dont jouit Bédié au sein de la population ivoirienne. S’il y a un fait sur lequel tous les analystes politiques s’accordent et pour lequel ils sont tous sans réponses, c’est la capacité qu’offre la politique, pour tous les acteurs, de pouvoir rebondir quelques soit le niveau d’où il a chuté. C’est un vrai miracle que nul n’est parvenu, jusqu’ici à expliquer. Le président Henri Konan Bédié en est l’illustration parfaite en Côte d’Ivoire. Il est un vrai miraculeux de la politique ivoirienne, à chaque fois qu’on le croyait fini, il a toujours su rebondir. De la, lui vient son surnom de sphinx, traduisant sa capacité à rebondir toujours de ses cendres. Henri Konan Bédié, aujourd’hui, âgé de 85 a connu diverses fortunes politiques.Il est nommé, très jeune, à l'âge de 27 ans, premier ambassadeur de la Côte d`Ivoire indépendante aux Etats-Unis d`Amérique et au Canada, il assure la présence ivoirienne sur la scène internationale et s`emploie à développer les relations économiques et financières avec le continent nord-américain. Dès son retour en Côte d`Ivoire, en 1958, il assume les fonctions de directeur à la Caisse de Prévoyance sociale et des Prestations familiales et contribue à jeter les bases du système de sécurité sociale ivoirienne. En 1966, il se voit confier, durant onze ans, sans discontinuité, le ministère des Finances. Il est l`artisan de la croissance économique exceptionnelle de la Côte d`Ivoire, qualifiée de " miracle ivoirien ". Comme ministre des Finances, son autorité professionnelle devient internationale. Malheureusement, il est débarqué, brutalement, pour des raisons, jusqu’ici, jamais élucidées. Mais n'empêche, il se retrouve conseiller à la Société financière internationale, filiale de la Banque mondiale alors présidée par Robert Mac Namara, il contribue á la promotion des investissements privés en Afrique noire. Revenu en Côte d`Ivoire, il est élu député et maire de Daoukro. Il est également élu Président de l`Assemblée nationale qu`il dirige avec talent de 1980 à 1993.A la mort du Président Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, il accède á la magistrature suprême en vertu de l`article 11 de la constitution ivoirienne. Son passage à la tête de l`Etat ivoirien, de 1993 à 1999, est caractérisé par une vigoureuse relance économique et de nombreuses réformes structurelles pour moderniser le pays. Le putsch du général Robert Gueï, le 24 décembre 1999, le contraint à abandonner le pouvoir. Après 22 mois d'exil en France, Henri Konan Bédié rentre au pays en octobre 2001 pour participer au Forum de réconciliation nationale. Il prend la tête de l’opposition réunie au sein du Rhdp. Faiseur de roi lors de la présidentielle de 2010, c’est désormais l’homme le plus courtisé de Côte d’Ivoire. Depuis décembre 2014, un pont d’Abidjan porte même son nom. Précédemment fidèle allié d’Alassane Ouattara, il est depuis leur rupture celui qui est en passe de lui ravir le fauteuil présidentiel. Et devenir ainsi le premier président ivoirien à reconquérir le pouvoir, après l’avoir perdu par un coup d’Etat militaire. Cette probabilité se dessine de plus en plus, vu la côte de popularité dont jouit Bédié au sein de la population ivoirienne.

 

Michel Béta

En lecture en ce moment

Un ancien président de l’UNJCI partage son expérience professionnelle aux étudiants en journalisme de l’université Félix Houphouët-Boigny

Côte d’Ivoire / Danho Paulin (Nouveau président de l’UVICOCI) : "Nous avons l’opportunité de sortir de nos lamentations"