PDCI-RDA : Billon et Tanoh dénoncent un manque de transparence dans le processus électoral





pdci-rda-billon-et-tanoh-denoncent-un-manque-de-transparence-dans-le-processus-electoral


Le nouveau président du PDCI-RDA devrait être connu le 16 décembre 2023, au terme d’un congrès extraordinaire. En prélude à ce rendez-vous décisif pour le vieux parti, la campagne électorale devrait être ouverte, mardi 12 décembre 2023, à minuit. Seulement, 24 heures avant, les candidats retenus ne sont toujours pas connus. Pour Jean-Louis Billon et Thierry Tanoh, deux cadres de cette formation politique, le Comité électoral ne fait pas preuve de transparence. Communiqué.

COMMUNIQUÉ CONJOINT JEAN-LOUIS BILLON-THIERRY TANOH

Le 1er Août 2023, le Président Henri Konan BEDIE, alors Président du PDCI-RDA, a été brusquement arraché à notre affection. Paix à son âme.

Le soir même de son décès, dans la stricte application des dispositions des statuts et règlements intérieurs du parti, le doyen d’âge des Vice-Présidents a été désigné Président par intérim du parti.

Vous tous, militantes et militants du parti, vous vous êtes soumis à cette désignation du Président par intérim dans le pur respect des textes qui régissent le fonctionnement de notre parti.

Dans le cadre de l’élection d’un nouveau Président du parti devant mettre fin à cette période d’intérim, le bureau politique a, en sa session du 14 Octobre 2023, et toujours en application de nos textes, fixé la date du Congrès Extraordinaire au 16 décembre 2023.

Dans la perspective de l’élection du nouveau Président du parti, bien que chacun de nous totalise individuellement plus de 9 ans d’appartenance au bureau politique et alors même que vous êtes tous témoins ces dernières années, de notre présence active au sein de ce parti, à vos côtés, particulièrement dans les moments et périodes difficiles qu’a traversé notre parti,  et dans le stricte respect de nos textes, nous nous sommes abstenus de déposer nos dossiers de candidatures à la présidence du PDCI-RDA.

Nous sommes convaincus que comme nous, d’autres militants qui ne remplissent pas certains critères d’éligibilité à la présidence du parti se sont également abstenus. Nous avons agi en faisant confiance aux dirigeants de la transition quant à leur obligation de respecter les textes et de les appliquer à tous, dans la transparence et sans aucune forme de favoritisme ou d’exclusion.

En parlant d’exclusion, il faut rappeler que nous devons attacher une attention particulière à toutes celles et à tous ceux qui ont fait d’énormes sacrifices pour le parti, certains au prix de leur vie.

Sanctionner nos militants pour leur engagement politique ne reviendrait-il pas à inciter nos militants, et surtout les plus jeunes qui nous prennent en modèles, à rester passifs dans les moments difficiles ?

Aujourd’hui, grande est notre déception de constater l’opacité dans laquelle est conduit le processus électoral devant aboutir à l’élection du nouveau Président du PDCI-RDA.

Quelle crédibilité et légitimité aura un Président élu dans de telles conditions ?

Comment est-il concevable qu’à quelques jours dudit congrès, le rapport du Comité électoral ne soit toujours pas rendu public, ce qui permettrait ainsi à tous les militants d’apprécier les candidats au regard des éléments, publiquement demandés dans leurs dossiers de candidature ?

Une telle transparence aurait permis une meilleure compréhension des décisions prises par le Comité électoral. Ces informations sont déterminantes pour l’expression, en toute connaissance de cause, des votes des congressistes.

Nous élevons par cette déclaration conjointe notre protestation et nous exprimons notre déception et notre préoccupation face à tout ce que nous voyons dans le cadre de l’organisation du prochain congrès extraordinaire et notamment dans son manque de transparence. Les communiqués et déclarations contradictoires que nous observons en ce moment en sont une preuve consternante.

Il est important que les membres des organes d’organisation de la transition actuelle, prennent toutes les dispositions afin d’assurer à toutes et à tous, que le processus actuel, soit transparent, juste et équitable pour tous.

Cette responsabilité leur incombe et il est primordial qu’ils ne manquent pas ce rendez-vous important avec l’histoire de notre grand parti.

Jean-Louis Billon                  Thierry Tanoh

En lecture en ce moment

148e Conférence de l’Union interparlementaire : Adama Bictogo à Genève pour exposer sur la diplomatie parlementaire et la paix

En attendant l’ouverture de son procès : ce que Guillaume Soro a dit