Conférence de presse d’Emmanuel Macron : ce qu’il faut retenir du « grand rendez-vous » du président de la République avec les Français





conference-de-presse-demmanuel-macron-ce-quil-faut-retenir-du-grand-rendez-vous-du-president-de-la-republique-avec-les-francais


Expérimentation de la « tenue unique » à l’école, création d’un "congé de naissance", opérations "place nette" contre la drogue dans les petites villes, le président de la République a multiplié, ce mardi soir, les annonces au cours d’une conférence de presse qui a duré plus de deux heures et quart.

Emmanuel Macron était attendu pour son "rendez-vous" avec les Français. Mardi soir, le chef de l’État a multiplié les annonces au cours d’une conférence de presse de deux heures et quart suivie par plus de deux cents journalistes à l’Élysée.

Accompagné des ministres du gouvernement Attal, le président de la République a détaillé son projet pour une "France plus forte et plus juste" autour du concept de "réarmement" qu’il avait déjà évoqué lors de la cérémonie des vœux. École, sécurité et économie ont largement occupé le propos liminaire du chef de l’État qui s’est ensuite livré au jeu des questions-réponses avec les journalistes. Que retenir de ses annonces ?

Jeunesse : tenue unique à l’école, régulation des écrans

Le Président veut réguler l’usage des écrans "pour nos enfants", sur la base d’un rapport d’experts. Il annonce le doublement des heures "d’instruction civique" au collège avec une heure par semaine dès la cinquième.
Mais la principale annonce concerne la "tenue unique" qui sera expérimentée dès la fin des prochaines vacances scolaires dans une centaine d’établissements, avant "une généralisation possible en 2026" après avis d’experts. Le chef de l’État souhaite aussi remettre au goût du jour des cérémonies de remise de diplômes au collège. Emmanuel Macron se dit encore favorable à l’apprentissage de la Marseillaise dès l’école primaire. Au passage, il fait un mea culpa sur "l’égalité des chances" : "Après près six ans et demi, nous avons amélioré des choses mais nous ne les avons pas radicalement changées. L’avenir des enfants de la République reste encore par trop déterminé par le nom de famille, l’endroit où l’on est né, le milieu auquel on appartient".

Sécurité : opérations "place nette" contre la drogue

La lutte contre la drogue qui n’épargne pas les petites villes et les campagnes, est érigée en priorité. Dix opérations "place nette" seront menées chaque semaine contre le trafic de drogue, "dans toutes les catégories de ville", dans une volonté de restaurer "l’ordre".
Emmanuel Macron veut également intensifier la lutte contre "l’islam radical", grâce à la loi qui a permis de mettre fin "au système des imams détachés" depuis le 1er janvier.

Économie : objectif plein-emploi

Relancer la baisse du chômage pour atteindre le plein-emploi reste une priorité absolue.
Le gouvernement incitera à la création et la reprise d’un emploi avec dès le printemps, un acte deux de la réforme du marché du travail lancée en 2017, c’est-à-dire "des règles plus sévères quand des offres d’emploi sont refusées et un meilleur accompagnement de nos chômeurs par la formation" annonce Emmanuel Macron.

Natalité : création d’un "congé de naissance"

Pour relancer la natalité en France, ce nouveau "congé de naissance" remplacera le congé parental actuel.
"Il sera mieux rémunéré et permettra aux deux parents d’être auprès de leur enfant pendant six mois s’ils le souhaitent", précise Emmanuel Macron, estimant que le congé actuel "crée beaucoup d’angoisse parce qu’il est peu et mal rémunéré". "Il sera plus court que le congé parental, qui peut aller jusqu’à trois ans et qui éloigne beaucoup de femmes du marché du travail".
Autre annonce : pour répondre à la hausse de l’infertilité - "tabou du siècle" -, le Président veut qu’« un grand plan de lutte contre ce fléau soit engagé pour permettre justement ce réarmement démographique".

La suite sur ladepeche.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Soirée Littéraire '' A lire et à boire'' / L’écrivaine Assita Sidibé attendue le vendredi 29 mars

Nicolas Pépé lynché par la presse anglaise après la defaite d’Arsenal