Affaire « Une vieille dame avoue être à l’origine de la défaite des Eléphants » : c’est un fake news





affaire-une-vieille-dame-avoue-etre-a-lorigine-de-la-defaite-des-elephants-cest-un-fake-news

Kessié (capitaine) et ses coéquipiers n’ont rien pu faire face aux forces mystiques



La Côte d’Ivoire a subi, le lundi 22 janvier 2024, au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé, une lourde défaite (0-4) face à la Guinée Equatoriale, pour son troisième match de poule de la Coupe d’Afrique des nations (Can 2023). Compromettant ainsi ses chances de qualification pour le second tour. 

Une défaite diversement interprétée. Les supporters qui recherchent la cause de cette débâcle, vont dans tous les sens. C'est dans cette foulée que certains ont vite fait de créer un lien avec les forces mystiques. Une accusation qui a enflé avec l'apparition d'un document sur les réseaux sociaux et qui est présenté comme une correspondance du chef de district de police de Dabou adressée au préfet de police adjoint N1 d'Abidjan, sur la « situation de trouble à l'ordre public à Akradjo », village situé à 20 km de Dabou. 

Cette correspondance qui s'est trouvée être un fake, fait état de ce qu'« une vielle femme âgée de 70 ans nommée, Lath Tuo Amelie, aurait vendu mystiquement le match de la Côte d'Ivoire, ce qui a occasionné la lourde défaite de notre équipe nationale ». Cela a provoqué la colère des populations du village qui ont incendié sa maison. Elles ont aussi vandalisé la résidence du député Sié Raoul.

La dame en question, au dire du contenu de ce document démenti par la police nationale, se serait enfui dans le village voisin et aurait reconnu être à la base de la défaite de l'équipe nationale de Côte d'Ivoire. 

Si dans le fond, le document relate bien qu'il y a eu des incidents dans ce village de Dabou, il faut cependant reconnaître que ce dernier n'émane pas des forces de l'ordre. C'est donc un fake.

De nombreux incidents ont été signalés dans le district d’Abidjan après la lourde défaite de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire face à la Guinée-Équatoriale, comme l'a décrit pressecotedivoire.ci.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Des éditeurs d’informations numériques invités à se faire recenser auprès de l’ANP

Côte d’Ivoire-Etats-Unis, quelle ressemblance !