Ramadan 2024 : mosquées, commerces, marchés et foyers prêts pour affronter 30 jours de prière et de pénitence et de partage





ramadan-2024-mosquees-commerces-marches-et-foyers-prets-pour-affronter-30-jours-de-priere-et-de-penitence-et-de-partage

Les mosquées ont fait peau neuve pour accueillir le ramadan 2024



Le ramadan 1445 de l’Hégire démarre, lundi 11 mars 2024. Depuis quelques jours, les préparatifs sont perceptibles partout dans la ville. Dans les mosquées, les commerces, les marchés et même dans les foyers, l’attente du mois du ramadan est visible.

Les mosquées sont retapées, cirées, toilettées pour affronter le mois de pénitence qui s’annonce. A la grande mosquée de Koumassi, quelques réglages techniques ont été faits sur les hauts parleurs qui doivent porter la voix du muezzin qui appelle la prière. La façade extérieure a été peinte pour donner fière allure. Les accessoires de prière, nattes et autres bouilloires sont lavées et nettoyées pour accueillir les fidèles qui seront plus nombreux à participer aux différentes prières quotidiennes.

Les commerces ont pris en compte le début du ramadan dans les propositions d’articles. Dans les boutiques de vente de vêtements, l’accent est mis sur l’exposition des grandes robes (boubous) et autres sandales et babouches qui sont les plus portés pendant ce mois. « C’est le mois par excellence pour les achats de boubous. Nous proposons donc une large variété à nos clients », nous explique Aïcha qui tient un magasin au grand marché de Marcory.

Dans les grandes surfaces, ce sont les paniers de ramadan, composés de produits de grande consommation tels que le lait, le sucre, les dattes, l’huile, les pâtes alimentaires qui sont exposés. Histoire de permettre aux uns et aux autres, en ce mois de partage, de s’offrir de quoi rompre le jeûne.

Dans les marchés, c’est l’affluence pour faire des provisions afin d’avoir tout le nécessaire pour la rupture communautaire. « Pendant ce mois, les prix des produits vivriers grimpent et nous n’avons pas toujours le temps de nous rendre au marché tous les jours. Donc je fais une provision conséquente qui me permettra de tenir pendant tout le mois », fait savoir Mme Traoré que nous avons rencontrée dans les rayons d’un super marché réservé aux produits vivriers à Treichville.

Les maisons également sont apprêtées pour le ramadan. « Il faut avoir une maison toujours propre, bien rangée et qui sent bon car c’est le mois excellence de partage. Nous pouvons donc recevoir des visiteurs pour la rupture. Il est bon d’être prête à tous les niveaux », ajoute Mme Abiba Ouattara qui nous a ouvert les portes de son domicile à Adjamé.

Le bonheur des uns et le malheur des autres…

Pendant qu’une catégorie de commerçants seront heureux car ils arriveront à écouler leurs marchandises, pour d’autres, ce sera la galère. Il s’agit des coiffeuses qui ne recevront plus pendant ce mois, les clientes musulmanes. « Pendant le mois du ramadan, les femmes musulmanes ne portent pas de mèches. C’est donc difficile pour nous qui vendons les tissages et les perruques », confie Christiane, coiffeuse au grand marché de Marcory. Idem pour les spécialistes de tatouage, de pose de faux cils et faux ongles qui se tourneront surement les pouces pendant les 30 prochains jours.

Les tenanciers de maquis et de bars ne sont pas en reste. Eux qui profitent de ce mois pour rénover leurs espaces.

Le jeûne musulman qui débutera le 11 mars 2024 prendra fin dans 29 ou 30 jours, selon le mois lunaire. Ce mois s'achève par la fête de Ramadan ou Aïd el-Fitr.

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Lutte anti-tabac / Un réseau de journalistes lance le prix Ben Youssef pour sauver des vies

Fonds de développement de la formation professionnelle : Une gestion qui choque