(Interview) Climatisation, traitement d’air : l'ingénieur Adama Diarrasouba propose des solutions pour « les différentes problématiques »





interview-climatisation-traitement-dair-lingenieur-adama-diarrasouba-propose-des-solutions-pour-les-differentes-problematiques


Adama Diarrassouba, ingénieur énergétique de formation, a parcouru un chemin remarquable depuis ses études à l’Institut National Polytechnique Houphouet-Boigny de Yamoussoukro jusqu’à son expérience professionnelle en France. Ayant travaillé dans le domaine de la climatisation et du traitement d’air, il a acquis une expertise précieuse. Aujourd’hui, en tant que fondateur de Vesper Africa, il apporte des solutions novatrices aux défis climatiques et énergétiques rencontrés en Afrique, tout en envisageant l’expansion de ses activités vers la fabrication locale. Il s’est entretenu avec l’infoexpress.com. Lisons !
 
Bonjour Mr. Diarraboussaba! Pourriez-vous nous parler de votre parcours et de ce qui vous a conduit à créer votre entreprise ? 
 
Merci! Je m’appelle Adama Diarrassouba. Je suis de formation ingénieur énergétique. Je suis un pur produit de l’école ivoirienne. J’ai fait l’Institut national polytechnique dans une formation d’énergéticien. J’ai fait 2 ans là-bas et la 3e année j’ai eu une bourse pour la terminer en France à l’école centrale de Lyon. La validation de cette 3e année à l’école centrale de Lyon permettait en même temps de valider le cycle ingénieur de l’INPHB parce que il y avait un partenariat entre les deux écoles. Donc ça fait que j’ai une double diplomation. En tant qu’ingénieur énergéticien de l’INPHB et ingénieur Thermicien de l’école Centre de Lyon. Après cela, j’ai commencé à travailler en France dans une boîte qui s’appelle air thermique Vesper. C’est un fabricant d’équipements de climatisation et de traitement d’air. J’étais à l’usine et je travaillais sur tout ce qui était aspect développement de produits notamment la définition de produit, dimensionnement. On travaille en amont pour le développement de produits et après ils étaient envoyés à la fabrication. On travaillait aussi sur tout ce qui est chiffrage demande client. J’ai travaillé avec eux de 2017 jusqu’à fin 2019. J’ai décidé de revenir au pays. En rentrant j’ai j’essaye de faire un deal avec air thermique vesper. Je leur dis, je rentre au pays et comme en termes de représentation, vous n’avez pas réellement une représentation sur l’Afrique comme dans le temps.  Je leur ai proposé comme ça de venir faire la représentation de la societé sur l’Afrique, en étant basé à Abidjan. Mais avec un deal supplémentaire. notamment dans un futur proche, monter une unité d’assemblage directement de manière local. Parce qu’on ne va pas toujours rester en train d’importer du matériel. C’est de là qu’est née, cette société que je gère actuellement, qui s’appelle Vesper Africa.
 
Quels sont les principaux secteurs d’activité de Vesper Africa ?
 
La société Vesper Africa a été créée en 2019. Elle a commencé ses activités sur Abidjan en 2020. Initialement ce qui était prévu, c’est qu’on se positionnait comme distributeur de matériel. vesper Africa, c’était la représentation de la société mère Air thermique sur Abidjan mais qui gère toute l’Afrique. On faisait que de la destruction de produits de climatisation. Dans ces produits de climatisation, c’était principalement dans le domaine industriel, dans le domaine tertiaire aussi dans le domaine commercial. Donc c’était réellement tout ce qui est climatisation centrale. C’était beaucoup plus une climatisation qui est basée en fait sur de l’eau glacée. Parce que leur force, c’est la fabrication de tout ce qui est équipement qui fait de la climatisation avec de l’eau glacée. Parce qu’en Europe, la réglementation sur les flute frogorigène, est tellement stricte qu’ils préfèrent faire des équipements eau glacée, c’est plus simple à gérer. Principalement, ce sont ces équipements là qu’on distribuait ici. Mais on s’est rendu compte qu’ici le marché était assez différent du marché en Europe. Ici c’est beaucoup plus de climatisation flutes frigorigènes. Donc, on a fait un rapprochement avec Airwail. Également une société française pour qu’on puisse être leur distributeur également pour tout ce qui est produit de ce genre-là. C’est dans ce cadre qu’on a pu étoffer notre gamme de produits. On a commencé à distribuer tout ce qui va être mono split dans le domaine résidentiel. Mais également, c’est utilisé aussi dans le domaine commercial. Cela a permis d’étoffer en fait notre cadre de produire. Pour resumer, Vesper africa qui fait la distribution de produits de climatisation et de traitement d’air. Des produits à eau glacée. Également des produits de la climatisation. Les secteurs concernés, sont le domaine résidentiel, domaine tertiaire, domaine commercial, le domaine industriel, même le domaine pharmaceutique, le domaine hospitalier aussi. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que ce sont des équipements spécifiques dans ce genre de domaine. Initialement, on ne faisait que ça, de 2019 jusqu’à 2023. Mais, on a commencé, à élargir le champ d’activité de la société. Nous ne faisons plus que de la distribution. Nous avons deux nouveaux pôles. Le 2e pôle c’est tout ce qui est pôle études. Parce qu’on s’est rendu compte qu’il y a un réel besoin pour les études ici. On peut accompagner les sociétés sur tout ce qui est étude, dimensionnement de leur installation parce que pour une grosse installation, il faut bien un bureau d’étude qui va réellement faire toute l’étude de dimensionnement, de conception et quand c’est validé, c’est là qu’on commence à faire les travaux. Donc maintenant, on a un service qui offre cette prestation. Le 3e élément également qu’on a ouvert, c’est tout ce qui est travaux. On est capable de de faire toute votre installation. De faire la maintenance, le dépannage. Donc maintenant, ça fait qu’on est sur plusieurs segments.
On est sur les trois segments. Les études, on distribue le matériel, on fait les travaux et on fait également tout ce qui est service après-vente. Mais l’objectif derrière, c’est qu’avec l’usine, on puisse monter une unité de fabrication d’équipement ici. C’est ça qui sera vraiment le plus. C’est un projet à long terme qui demande beaucoup de moyens. On avance avec ça pour consolider pas mal de choses et puis les choses vont venir.
 
Comment évaluez-vous la performance financière de votre entreprise ? 
 
On va scinder les choses parce que il y a 2 choses. Il y a des clients qui sont directement facturés depuis la France.Et il y a des clients qu’on facture à Abidjan. Quand on fait le cumul, En 2023, en facturation à Abidjan, on est à 150.000.000 fCFA. Et la facturation sur l’Europe, en fait, on était autour de 500.000€, donc ça fait 350.000.000. Donc globalement, quand on cumule les deux,  on n’est pas loin des 500.000.000 FCFA en terme de chiffre d’affaires.
En terme d’employé nous sommes actuellement trois au bureau. On va avoir 2 ingénieurs qui vont venir le mois prochain pour gérer tout ce qui est études. L’équipe travaux, ils sont déjà 4 sur un chantier. Donc globalement ça fait une équipe de 10 personnes en fait pour l’instant.
 
Qu’est ce qui explique l’engouement des ivoiriens pour la climatisation ? 
 
La climatisation, c’est déjà un besoin partout. C’est clairement un besoin partout. On parle de réchauffement climatique. Vous voyez qu’il fait extrêmement chaud chez nous actuellement. Il y a 5 ans les ventilateurs suffisaient pour qu’on dorme, mais actuellement c’est quasiment impossible. Il faut la climatisation. C’est vrai que le besoin est réellement présent. Depuis 2011, la Côte d’Ivoire bouge énormément en termes d’investissements. Il y a beaucoup de bâtiments commerciaux qui sont sortis de terre. Il y a beaucoup de bâtiments Résidentiel qui sont sortis de terre. Donc tout ça s’accompagne avec le besoin de climatisation. Et même là il y a plein d’hôpitaux, d’écoles qui sortent de terre tout ça. Et pour rendre ces environnements vivables, il faut obligatoirement faire ce qu’on appelle du traitement de l’air. Quand, on parle du traitement de l’air, c’est beaucoup plus vaste. Le traitement de l’air contient de la climatisation, du chauffage, la filtration de l’air. Il y a tous ces besoins, qui se sont réellement développés avec le besoin, déjà climatique. Je parle principalement de la Côte d’Ivoire parce que c’est là qu’il y a le plus gros de notre chiffre d’affaires et couverture. Mais au Sénégal on n’a quand même pas mal parce que par exemple lors de la rénovation de la BCEAO, c’est nous a fourni tout ce qui est ventilo-convecteur à une société. On n’a quand même pas mal de clients en Guinée. Donc le besoin est réel. verper c’est la marque française, ça peut être peut-être plus cher que pas mal de marque qu’on trouve sur la place, mais en termes de robustesse, on a beaucoup de succès.En même en terme de consommation énergétique, parce qu’on parle beaucoup d’efficacité.
 
Pourquoi, les ivoiriens devraient faire confiance à vos produits et à votre expertise ? 
.
La première chose, c’est la robustesse. La 2nde chose. Ce sont des équipements en termes d’efficacité énergétique qui n’ont plus réellement rien à prouver parce que ce sont des équipements qui sont fabriqués suivant des normes européennes et en fait, ce sont les plus durs en termes de normes de consommation énergétique actuellement. Aujourd’hui, la facture d’électricité a augmenté, donc si on choisit n’importe quel type d’équipement à l’installer chez nous, c’est sûr que la consommation va grimper. On vend des équipements de plusieurs gammes en fonction de la poche des clients.
 
Et la dernière chose qu’on peut apporter aussi. Nous avons un service pour accompagner les clients sur l’installation et aussi sur tout ce qui est service après-vente. C’est à dire qu’un client ne va pas avoir un problème aujourd’hui chez un équipement et nous on va disparaître. On va toujours l’accompagner en termes de services après-vente pour qu’il soit toujours satisfait.
 
Quelles sont les nouvelles offres disponibles dans votre entreprise en termes d’équipements ? 
 
En termes de service, on a augmenté la gamme de services, on fait les études, on fait les travaux maintenant. Et pour tout ce qui est équipement, il y a notre gamme habituelle. Mais également il y a une gamme de ce qu’on a appelé ma maison Equip. On voit beaucoup ça dans les pays développés, mais ici on ne voit pas forcément. Il y a une nouveauté vraiment spécifique. Là, nous sommes en train de travailler avec une société pour faire un échantillon hybride. En gros, on va installer un système robotique dans une maison. Les informations de toute la climatisation viennent sur ce système. C’est un écran centralisé où tu as toutes les informations de ta climatisation, tu peux les régler à partir de cette télécommande centralisée.
 
La maison va être équipée de panneaux solaires qui vont alimenter la maison en électricité. C’est un système qui va gérer tout ce qui est poste d’énergie, pas seulement que la climatisation, mais tout ce qui est poste d’énergie dans la maison. Et ça, ça permet de faire des économies réellement substantielles sur tout ce qui est consommation dans la maison, parce qu’en plus d’avoir des équipements qui sont pas du tout énergivores. On a une production d’électricité par le biais de panneaux solaires intégrés. 
 
Comment percevez-vous le marché de la ventilation en Côte d’Ivoire ? 
 
En fait, les gens ne sont pas encore forcément au fait de ce qu’on appelle la climatisation centrale. Ils sont beaucoup plus habitués à ces solutions individualisées là parce qu’en réalité elles coutent beaucoup moins cher, mais en réalité, ce qu’on leur explique. Du fait de travailler avec ce qu’on appelle la climatisation centrale. Quels sont les avantages qu’on peut avoir avec la climatisation centrale par rapport à avoir ces appareils individualisés dans les maisons. On leur dit pour l’esthétique, ça dénature en termes de façade un bâtiment. Et la clim centrale déjà on n’a plus ces problèmes. Parce que la production de CLIM, sera soit dans un local technique caché quelque part, ou soit en toiture positionné, de telle sorte l’esthétique de ton bâtiment est préservée. C’est le premier avantage. Le 2nd avantage. Certes la clim centrale va coûter plus cher que mettre une solution individualisée, mais en terme de durée de vie, ce n’est pas comparable. Une Clim centrale bien entretenue, c’est 20 ans. Or ce genre d’appareil, avec une utilisation vraiment intensive, quand tu fais 5 ans, tu es heureux. Le 3e avantage en terme d’efficacité énergétique, de consommation énergétique, la Clim centrale, c’est quasiment 100% de moins en terme de consommation d’énergie. C’est les 3 avantages qu’on explique aux clients pour que quand ils ont des bâtiments comme ça, on essaie de les amener vers des solutions qui sont beaucoup plus pérenne. C’est vrai qu’en termes de coût, c’est beaucoup plus élevé par rapport à ces solutions.
 
Quelle est votre approche en terme de tarification des services ?
 
Généralement on fonctionne réellement au cas par cas. En fonction du profil de client. On essaie toujours de leur proposer une solution qui peut rentrer dans leur budget. On n’est pas réellement focalisé à nous fourguer forcément des éléments que son budget ne permet pas. Dans la catégorie de nos produits, c’est haut de gamme. Mais dans cette catégorie par rapport aux concurrents on est très bien placé en terme de prix. Donc pour des produits équivalents je pense que quand ils viennent chez nous, ils n’auront réellement aucun souci. On est un représentant de l’usine même qui fabrique en fait le produit, donc il n’y a pas  d’intermédiaire entre nous. On a des tarifs préférentiels avec l’usine. Donc ça fait qu’on arrive réellement bien à se positionner. En tout cas en gamme équivalente, on est très bien placé en prix et souvent même on va être à minima 10% moins cher, quelquefois même on au-delà. 
 
Comment peut-on vous contacter ? 
 
On a le site internet de la société mère www. Vesperwesper.com, avec toutes les informations de produits qu’on distribue. A Abidjan, nous sommes basés au niveau de la Rivera Palmeraie, vers le carrefour Guiraud et pour nous contacter, je suis le premier responsable Adama Diarassouba. On peut nous joindre au 0759988832. Ou à l’adresse Email……
 
Quels sont les défis à venir pour votre secteur en Côte d’Ivoire ? 
 
L’enjeu principal actuellement qui a lieu dans les pays développés qui vont forcément arriver ici, c’est l’empreinte environnementale des équipements qu’on installe. L’Afrique se situe bien entendu dans ces accords internationaux qui sont mis en place. C’est vrai que ça prend un peu plus de temps à arriver chez nous, mais ça arrive. Donc on sera obligé de proposer des équipements qui sont très respectueux de l’environnement. C’est déjà vis-à-vis de cela, qu’on s’est déjà positionné dans cette perspective. C’est peut-être pour cela, qu’aujourd’hui, on va être plus cher que certaines personnes qui vont proposer des produits qui sont pas encore interdits. Mais il va arriver à un moment, où, on a déjà pris le train en marche. C’est réellement le premier enjeu. Le 2nd enjeu aussi pour mon analyse personnelle, il faut qu’on puisse réellement développer le savoir-faire, parce que malheureusement pour de très gros chantiers, ce sont des expatriés qu’on fait venir en fait de l’Europe. Ils ne se disent pas forcément qu’il y a des sociétés qui sont capables de faire ces éléments-là. Donc il y a réellement ce fait de faire réellement la promotion du savoir-faire. Donc se former soi-même. Et former le maximum de personnes ici pour pouvoir répondre à ces besoins, sans qu’on ait besoin d’aller chercher des personnes à l’international. Faire confiance à la même locale. C’est réellement le 2e enjeu aussi principal qui va se poser aussi pour nous.
 
Quel message souhaitez-vous transmettre au public, alors que vous démarrez votre entreprise ? 
 
Nous, c’est de la compétence ivoirienne. C’est à dire l’idée en revenant ici, c’était de venir mettre à profit de nos compatriotes, ce qu’on a pu apprendre là-bas. L’objectif pour nous, c’est de pouvoir monter des unités de fabrication ici. C’est à dire pour pouvoir faire nous même la fourniture en Afrique. Ça va nous faire gagner énormément de temps. Déjà parce que pour importer du matériel, c’est à minima 3 mois. Or quand, c’est fabriqué ici un mois c’est suffisant. Ça va nous couter beaucoup plus moins cher aussi et ça va nous permettre d’etre moins dépendant de ce qui vient. Donc c’est réellement l’objectif. Donc c’est pour dire que c’est une compétence réelle qu’on essaie de développer. Et mettre à profit des sociétés qui sont présentes ici.  Et également on est vraiment assez flexible. Il y a plein de secteurs sur lesquels on peut intervenir. Nous, en fonction des finances du client. On peut trouver une solution pour faire les travaux. Soit on peut l’accompagner simplement sur les études. Pour l’Université de Bondoukou, c’est nous, qui avons fourni tous les équipements. Pour la rénovation de l’aéroport. C’est moi qui a fait toutes les études de dimensionnement de l’aéroport… Voilà donc c’est pour dire qu’on a réalisé des chantiers qui sont assez complexes. Donc on pourra certainement trouver des solutions pour les différentes problématiques.
 
Avez-vous déjà établi des contacts pour obtenir un soutien dans vos projets d’expansion ? 
 
Pas encore. Nous sommes en train de faire une estimation du coût réel du projet, parce qu’en en fait, ce genre d’éléments, il faut procéder pas à pas. Dans l’idée pour l’instant, c’est qu’on va être un atelier d’assemblage dans un premier temps. C’est-à-dire ils vont nous envoyer des éléments semi-finis qu’on va assembler pour revendre. Pour ce premier aspect, nous sommes en train d’estimer les machines qu’il nous faut. Et on va regarder si éventuellement en termes de moyens d’investissement, c’est trop lourd. On va essayer de se rapprocher des autorités pour voir comment nous accompagne. On a mis ça sur un horizon de 5 ans maximum pour arriver à faire cela. Quand on sait faire l’assemblage, on va faire l’acquisition de machines qui vont nous permettre de commencer à fabriquer, certains éléments pour nous-mêmes ici. Donc on va commencer à fabriquer nous-même des éléments, en continuant à faire l’assemblage. Et après, on devient intégrateur total. On est train de travailler sur la première étape. En tout cas c’est un plan qui est très clair en fait.
 
Merci 
Entretien réalisé par Fulbert Yao

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Dialogue politique : quelques jours après son retour, Guikahué chez le Premier ministre Hamed Bakayoko

Football/ Mtn ligue 1 : L’Africa Sport se réveille face au Fc San Pedro (2-1)