Loi sur la santé sexuelle reproductive (SSR) : une ONG internationale fait un plaidoyer pour son adoption





loi-sur-la-sante-sexuelle-reproductive-ssr-une-ong-internationale-fait-un-plaidoyer-pour-son-adoption

Professeur Mélanie Tia milite pour l'adoption de la loi sur la santé sexuelle reproductive



« Il faut que l’Etat fasse appliquer cette loi et que les parties prenantes soient véritablement engagées dans la loi sur la SSR. Certes, il peut y avoir des blocages au niveau de la communauté, mais à travers une enquête, il ressort que cela s’explique par la méconnaissance de cette loi. Nous devons donc impliquer les guides religieux, coutumiers, la population… Cela ne peut se faire sans l’implication des médias qui vont nous aider à promouvoir et diffuser cette loi », tels sont les propos tenus vendredi 26 avril 2024, à Abidjan Plateau, par la directrice du projet Women in Global Health (WGH) section Côte d’Ivoire qui signifie en français, « Les femmes dans la santé mondiale » ), professeure Mélanie Tia qui a animé une conférence de presse.

C’est un vrai plaidoyer qu’a fait Professeur Tia en faveur de l’adoption véritable de la loi sur la santé sexuelle reproductive (SSR) dont les grandes articulations sont : la promotion de la santé, l’accès des jeunes à la contraception, les avortements non sécurisés, la procréation médicale assistée, la prise en charge des violences basées sur le genre, etc.

Elle a pour ce faire, appelé les parties prenantes à continuer de s’engager dans le plaidoyer, à mettre l’accent sur la sensibilisation des acteurs impliqués dans l’adoption de cette loi, à renforcer la mutualisation des acquis, à favoriser les discussions sur le contenu du projet de loi. Aux populations, la conférencière a demandé de revendiquer ses droits sexuels et reproductifs, à travers la création d’une législation qui les protège.

« En tant que professionnelle de la santé, nous voyons l’importance de cette loi pour réduire les indicateurs de morbidité et de mortalité maternelle et infantile. Cette conférence de presse fait partie de notre plan d’action, afin d’inviter les médias à connaître et mieux parler de cette loi. Je vous informe que la Côte d’Ivoire est le seul pays d’Afrique francophone à ne pas avoir de loi SR alors que nous avons ratifié le protocole de Maputo sur l’amélioration de la santé maternelle et infantile», a-t-elle soutenu.

En Côte d’Ivoire, le ratio décès maternel est de 61 fois plus élevé que la moyenne des pays développés. L’une des raisons de la mortalité maternelle, néonatale et infantile est l’accès difficile à la planification familiale.

Women in Glogal Health est une ONG internationale présente dans 51 pays, qui agit pour renforcer les systèmes de santé et la sécurité sanitaire, faire progresser l’autonomisation des femmes, stimuler la croissance économique au niveau national et mondial. Elle est composée de médecins, professionnels de la santé publique, infirmiers/ières, sages-femmes, de décideurs politiques en matière de santé, d'agents de santé communautaires, de chercheurs, de pharmaciens, d'agents du secteur privé…

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Burkina Faso : 14 morts dans l’attaque d’une église protestante

Le Can 2019 retirée au Cameroun , la Can 2021 en Côte d’Ivoire peut être reportée à 2023