CEDEAO : l’institution célèbre ses 49 ans d’existence sous le signe de la solidarité





cedeao-linstitution-celebre-ses-49-ans-dexistence-sous-le-signe-de-la-solidarite

Les 49 ans de la CEDEAO ont été célébrés en Côte d'Ivoire



La Représentation résidente de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en Côte d’Ivoire a commémoré le lundi 10 juin 2024, le 49e anniversaire de l’institution, dans ses locaux sis à Abidjan-Cocody.

Une célébration qui a réuni des invités de marque au nombre desquels le maire de Cocody, Jean-Marc Yacé, le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Léon Adom Kacou Houaja, M. Alcide Djédjé, représentant de la présidente du Sénat, Mme Kandia Kamissoko Camara, des présidents et représentants des communautés des pays membres de la CEDEAO.

 A cette occasion, la représentante résidente, l’ambassadeur Fanta Cissé, a fait savoir que les pays membres de la Communauté doivent être unis et solidaires pour prévenir et résoudre les conflits qui surviennent dans l’espace communautaire ouest-africain.

« Dans ce monde en mutation rapide, marqué par l’instabilité politique, les tensions sociales et les menaces sécuritaires, il est impératif que nous restions unis et solidaires pour faire face à ces défis communs. La paix et la sécurité régionale demeurent des priorités absolues pour la CEDEAO. Nous devons collectivement redoubler d’effort pour prévenir les conflits, résoudre les crises et promouvoir la réconciliation et le dialogue dans notre région. Nous devons également renforcer notre coopération en matière de sécurité, en consolidant les mécanismes de prévention des conflits et en renforçant les capacités de nos institutions régionales », a-t-elle exhorté.

Avant elle, le président de l’Union des ressortissants des Etats membres de la CEDEAO, El Hadj Sékou Kaba, a affirmé que « la CEDEAO est un instrument d’aide, d’échange et d’accompagnement pour pérenniser la paix, la sécurité, la prospérité et l’intégration ». Il a rappelé que l’institution sous-régionale présente d’énormes défis à relever. C’est pourquoi, selon lui, « il est important de travailler dans l’unité pour l’atteinte des objectifs de l’agenda 2050 qui vise à promouvoir une CEDEAO des peuples ».

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Léon Adom Kacou Houaja, a réaffirmé l’engagement du pays à œuvrer de concert avec les autres membres pour relever les défis communs et promouvoir la paix, la sécurité ainsi que la stabilité et la solidarité dans la région ouest-africaine.

« Nous ne cesserons jamais de l’affirmer, la CEDEAO des peuples, appelée de tous les vœux par les Pères-fondateurs, est et demeure, malgré les vicissitudes régionales, l’une des organisations les plus accomplies en Afrique, et nous en sommes fiers”, a-t-il indiqué.

Il a salué l’institution ouest-africaine qui, selon lui, fait preuve de résilience en accompagnant les États membres dans la recherche de solutions concrètes et pérennes à tous les obstacles à une intégration réussie.

La CEDEAO a été établie par le traité de Lagos, signé le 28 mai 1975 par quinze (15) pays de l'Afrique de l’ouest que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone, le Togo, le Cap-Vert.

Depuis le 28 janvier 2024, le Niger, le Mali et le Burkina Faso, ont annoncé leur intention de se retirer de l’organisation pour non-assistance, face à l’avancée du terrorisme dans leur zone.

EA

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Congés de la Toussaint : la reprise des cours reportée au lundi 16 novembre

Maroc : le bilan du séisme s’alourdit à 2037 morts et 2408 blessés