Lutte contre le blanchiment d’argent et financement du terrorisme: le rapport d’activités 2023 présenté aux partenaires techniques et financiers de la CEDEAO





lutte-contre-le-blanchiment-dargent-et-financement-du-terrorisme-le-rapport-dactivites-2023-presente-aux-partenaires-techniques-et-financiers-de-la-cedeao

Les responsables du Giaba heureux de poser avec le rapport d'activités de l'année 2023



Le Groupe intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) a présenté son rapport d’activités de l’année 2023 à ses partenaires techniques et financiers, le jeudi 13 juin 2024 au Radisson Blu hôtel de Dakar. C’était au cours de la session annuelle des ambassadeurs des Etats membres de la CEDEAO.

Le directeur général du GIABA, Edwin W. Harris Jr a annoncé à cette occasion,  que l’organisation qu’il dirige a, au cours de l’année écoulée, joué un rôle majeur en sa qualité d’agence spécialisée de la CEDEAO dans la coordination et le renforcement des efforts des Etats membres, dans le cadre de la lutte contre la menace des activités financières illicites.

« Il est plus que primordial que l’ensemble des parties prenantes comprennent la nécessité de s’approprier la lutte et saluer leur contribution au développement de nos économies et par extension, de nos communautés, afin de parvenir à la prospérité commune que nous souhaitons. Cette démarche s’inscrit dans l’objectif principal  du plan stratégique 2023-2027, qui met l’accent sur la sensibilisation des différents publics cibles », a-t-il déclaré.

Au cours de l’année 2023, selon le DG du GIABA, l’institution a accru ses efforts et a accéléré la mise en œuvre de son Plan Stratégique 2023-2027, en fournissant une assistance technique, un renforcement de capacités et des orientations politiques à ses États membres, leur donnant ainsi les moyens de mettre en œuvre des mesures solides de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

« De nombreux ateliers et programmes de formation pour renforcer les connaissances et compétences de nos parties prenantes, notamment les cellules de renseignements financiers, les autorités chargées des enquêtes et poursuites pénales et le secteur privé sont les principaux bénéficiaires de nos interventions. Ces initiatives ont favorisé une plus grande collaboration, un partage d’informations et une action coordonnée, renforçant ainsi notre capacité collective à détecter les crimes financiers,  à mener des enquêtes relatives à la problématique et à intenter des poursuites connexes. Dans le même temps, nous avons intensifié notre collaboration avec d’autres institutions régionales ainsi qu’avec des partenaires au développement pour apporter un soutien à nos États membres », a-t-il détaillé.

En définitive, Edwin Harris Jr a indiqué que les résultats positifs de l’engagement  du GIABA et de l’exécution des programmes ont favorisé la sortie de l’organisation du Programme d’amélioration de l’efficacité du Groupe d'actions financières (GAFI PAE) dans lequel il avait été placé en février 2021, à la suite d’un audit qui avait mis en évidence de nombreuses faiblesses.

En termes de perspectives, il a noté que pour l’année 2024, la plénière a déjà examiné et adopté le rapport d’évaluation mutuelle de l’Union des Comores, en attendant celui de la République Démocratique de Sao Tomé-et Principe qui rejoignent les 15 autres Etats membres de la CEDEAO.

Solange ARALAMON (Envoyée spéciale à Dakar)

 

 


Partarger cet article

En lecture en ce moment

Leila Koné , 2e dauphine Miss Côte d’Ivoire 2010 est décédée

Noé/Trafic d’enfants : les douanes interpellent deux passeurs en compagnie de 80 enfants