Coût élevé de la carte d’identité au Sénégal : le désaveu cinglant d’Azoumana Moutayé à Sidi Touré





Réaction Moutayé,carte d'identité,désaveu à Sidi Touré,coût


Le président du Mouvement des forces d’avenir (MFA), Azoumana Moutayé, a contredit le porte-parole du gouvernement Sidi Touré, relativement au coût élevé de la carte nationale d’identité au Sénégal, comparativement à la Côte d’Ivoire.

Faisant le compte-rendu du Conseil des ministres du 8 mai, Sidi Touré a annoncé le renouvellement des cartes d’identité dont le coût est fixé à 5.000 FCFA. Il a jugé ce coût bas comparativement au Sénégal où il faut selon lui débourser 14.000 pour se faire établir cette carte. 

L’ex ministre des Petites et moyennes entreprises a botté en touche cette justification, la qualifiant d'"erronée"

"Les informations recueillies auprès de ressortissants de ce pays frère, montrent que l’établissement de la  CNI au Sénégal, ne coûte en réalité, que 1000 Francs CFA par carte, cette somme correspondant au prix du timbre fiscal", a-t-il dit dans une déclaration.

Ci-dessous sa déclaration

Dans le compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 mai 2019, le Ministre Sidi Touré, porte-parole du Gouvernement, a annoncé le renouvellement des Cartes Nationales d’Identité (CNI) dont le coût moyen unitaire, sera de 5. 000 Francs CFA. Pour justifier ce coût, le Ministre a cru bon de comparer ce montant à celui du Sénégal qui serait de 14. 000 Franc CFA.

Les informations recueillies auprès de ressortissants de ce pays frère, montrent que l’établissement de la CNI  au Sénégal, ne coûte en réalité, que 1000 Francs CFA par carte, cette somme correspondant au prix du timbre fiscal.

L’argument brandi par le Ministre pour justifier l’établissement de la CNI à 5. 000 Francs CFA est donc  erroné.

Le MFA considère que le montant exigé pour obtenir cette pièce, est une barrière volontaire et anti-démocratique, que le pouvoir souhaite mettre en place pour spolier les populations de certains de leur droit et exclure certaines franges, du processus électoral.

Une fiabilité de la délivrance des nouvelles CNI

Compte ténu de l’état de dégradation de l’environnement économique avec pour résultante des populations de plus en plus pauvres, le MFA exige que la délivrance de la CNI soit gratuite comme en 2009. Cela permettra aux Ivoiriens d’avoir cette importante pièce administrative, pour, entre autres, s’inscrire sur les listes électorales, et participer aux élections en toute liberté, comme dans toutes les démocraties modernes.

Le MFA exige par ailleurs, que le processus d’établissement et de délivrance des nouvelles Cartes Nationales d’Identité, soit fiable, transparent et connu de tous.

Fait à Abidjan le 15 mai 2019

La Haut Direction du Part

En lecture en ce moment

Adama Dahico : " Le FIRA est le visage de l'humour professionel en Côte d’Ivoire

Sommet exécutif de la FIFA au Maroc : Sory Diabaté choisi comme rapporteur du groupe Francophone