Lutte anti-tabac: les acteurs interpellent le gouvernement et dénoncent les ingérences de l'industrie du tabac





Anti tabac,Rotalci


Tall Lacina, Président du Comité Club Unesco Universitaire pour la Lutte Contre la Drogue et autres pandémies(CLUCOD) et du Réseau des ONG actives pour le Contrôle du Tabac en Côte d’Ivoire (ROCTA-CI) a tiré la sonnette d'alarme relativement aux dangers liés à la consommation du tabac en Côte d'Ivoire en particulier. C'était au cours d'une conférence de presse ce mercredi 29 mai en prélude à la Journée mondiale sans Tabac.

Pour Tall Lacina, l'expansion rapide de l'épidémie du tabagisme pose de plus en plus de graves problèmes socioéconomiques et sanitaires dans de nombreux pays émergents ou en Développement comme la Côte d’Ivoire. Car le tabagisme fait plus de 9111 victimes par an en Côte d’ivoire selon ATLAS TOBACCO 2018.

''Dans les 20 prochaines années, on estime à 12 000 milliards de dollars américains la perte de productivité et les coûts de soins dus aux maladies liées au tabac. En Côte d’ivoire, l’État dépense plus de 27 milliards chaque année pour la prise en charge des maladies liées au tabagisme.Au total : le tabagisme ralentit le développement en augmentant les frais liés aux soins de santé et en diminuant la productivité'' s'est dit très inquiet le président du ROCTACI. 

Face à cette menace Tall Lacina a invité l'État a mettre en oeuvre la convention cadre de l'OMS. ''L’Organisation Mondiale de la Santé a négocié et mis à disposition des pays la Convention Cadre pour la Lutte Anti-Tabac(CCLAT) que notre pays a ratifié. Pour respecter son engagement, notre pays s’est engagé dans le processus de domestication de la CCLAT par un projet de loi anti-tabac adopté en Conseil des Ministres le 17 décembre 2014. Ce projet de loi a été transmis à l’Assemblée Nationale par le Gouvernement ivoirien depuis juillet 2018 soit presque une année. A l’issue d’un atelier d’échanges à Dabou sur le projet de loi avec les députés les 9 et 10 novembre 2018, les parlementaires ont pris l’engagement d’adopter le projet de loi en 2018. Malgré l’engagement pris par les députés, l’examen du projet de loi relatif à la lutte anti-tabac n’est pas encore programmé par l’Assemblée Nationale'' , a déploré M. Tall. 

Ce dernier a profité pour dénoncer l'ingérence des l'industrie dans la lutte anti-tabac tout en indiquant que cette industrie manœuvre activement pour faire barrage à l'adoption d'une loi anti-tabac.

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (JMST) 2019, qui se tient le 31 mai de chaque année, le ROCTACI indique vouloir attirer l’attention de l’Etat sur ces violations flagrantes de la CCLAT et l’invite à accélérer le processus d’adoption de la loi anti-tabac.

Aux parlementaires, le président duf les invitent a travailler dans l'intérêt des population en faisant de l'adoption de la loi anti-tabac une priorité. ''Nous voulons rappeler aux Parlementaires qu’ils sont les premiers responsables de l’engagement du Chef de l’État relatif à la ratification de la Convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT). A ce titre, ils doivent veiller au respect des engagements pris à travers notre ordonnancement juridique et le droit positif ivoirien. Nous mettons en garde les firmes de tabac, qui conscientes des méfaits du tabac et de l’illégalité de leurs actions, persistent dans la désinformation et l’intoxication, la manipulation et la corruption de certains décideurs en violation de la CCLAT'' a prévenu Tall Lacina.

 

Gael Zozoro avec Sercom

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Santé/Kinésithérapie : La santé physique de l’enfant au centre d’un séminaire de haut niveau les 13 et 14 décembre prochains

Athlétisme/ La championne de France Carole Zahi séjourne à Abidjan