Adhésion d’Ahoussou au RHDP : Comment les chefs de Didiévi l’ont mis devant ses responsabilités





adhésion Ahoussou Jeannot au RHDP,libation


Le président du Sénat ivoirien Ahoussou Jeannot a déposé, officiellement, dimanche, ses valises au Rassemblement des houphouétites pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir) devant ses parents à Didiévi, et ce en présence de plusieurs personnalités du RHDP dont les ministres Kobenan  Kouassi Adjoumani, Jean Claude Kouassi, Amadou Soumahoro et Adama Bictogo, celui qui "arrache les tabourets".

A l’analyse des faits et gestes, l’on a pu remarquer un Ahoussou Jeannot pas du tout dans son assiette. Dans un discours fleuve de près d’une heure, l’on a pu constater un président du Sénat hésitant, butant parfois sur des mots, à telle enseigne qu’on se demande si le discours venait de lui.

En plein discours, des bavardages se faisaient entendre, forçant le nouveau membre du RHDP à interrompre par moments, son discours, pour sortir des expressions ", c'est des pirates…je suis désolé…on dirait qu’il y a quelqu’un qui veut me saboter", des signes qui ne sont pas passés inaperçus pour ceux qui étaient présents à Didiévi mais aussi pour ceux qui ont pu suivre la cérémonie en direct à travers les réseaux sociaux.

Le président Bédié, y est-il pour quelque chose ou est-ce la libation qui a troublé la sérénité d’Ahoussou

Recevant les populations de Didiévi quelques jours avant le meeting d’Ahousou Jeannot, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, leur a demandé de tourner la page Ahoussou Jeannot et de faire place désormais à de nouveaux, courageux, intègres, intrépides, vaillants et déterminés militants de forte conviction du Pdci-Rda. Il leur a demandé également de ne pas s’associer à cette manifestation. Des consignes qui semblent être bien perçues d’autant plus que lors de son discours, on entendait que les applaudissements des personnes réunies autour d’Ahoussou. Tout le grand monde assis sous les bâches semblait préoccupé par autre chose.
Même la traduction de son message en Baoulé et en Malinké n’a pas réussi à arracher les applaudissements escomptés. 

Une libation qui en dit long

Lors du meeting, le chef du village d’Alui-N’Guessankro, Nanan Djah Ouffouet, a fait une libation en langue locale, le Baoulé, qui a dû refroidir les ardeurs du président du Sénat. 
“Dieu Tout Puissant,
Esprits de la terre,
À vous nos ancêtres,
Voici la boisson pour vous.
La raison pour laquelle je m’adresse à vous par cette libation est la suivante : "Notre père Léon Konan Koffi, avant ton rappel à Dieu, le petit-enfant que tu nous as confié, est venu me voir avant-hier pour me dire qu’il a un petit sujet à nous présenter. Raison pour laquelle il a réuni ce jour les gens venus de partout pour leur présenter son petit sujet.
C’est lui seul qui sait ce qu’il veut dire, c’est de sa propre bouche, il va parler, donc il est le seul responsable de ses propos.
C’est pour cette raison que je vous demande d’accepter cette boisson et de la boire et ce qu’il va dire, nous l’écouterons silencieusement et attentivement. Quand il aura fini de parler, notre seule réaction, c’est de dire merci. Que tous ceux qui se sont déplacés en voiture ou à pieds sur notre terre de Didiévi soient dans la paix et que sur le chemin du retour, ils rejoignent leurs proches dans la paix. Que sous votre protection, rien de mal n’arrive à Didiévi à cette occasion et que notre terre rejette toutes les mauvaises intentions qui pourraient s’y trouver". 
Ainsi, comme le procurateur romain, Ponce Pilate, les chefs baoulés se sont lavés les mains et mis Ahoussou  Jeannot devant ses responsabilités. 

L’ancien Premier ministre qui comprend bien le Baoulé et la quintessence des paroles prononcées par les anciens, a dû puiser au plus profond de lui-même pour avoir la force de tenir le coup. 

Ahoussou pas encore clair dans son choix

Même s’il clame qu’il est et demeure RHDP, l’on est en droit de se demander si ce n’est pas pour garder le "tabouret". Hypothèse très plausible d’autant plus que, s’adressant à Adama Bictogo, il a dit "monsieur le ministre Adama Bictogo, Cher Frère, je suis encore assis sur le tabouret".

" Je ne rejoins pas le RHDP, car j’y étais déjà. Sans trahir le président Bédié, j’affirme officiellement ici et maintenant, mon adhésion pleine au RHDP, car je suis houphouetiste. Cependant, mon cœur est au PDCI, mais ma raison est au RHDP", a précisé Ahoussou. Des propos qui sèment davantage la confusion sur sa position réelle. 

Ahoussou, est-il parti de son propre gré ou certaines conditions l’y ont contraint ? L’avenir nous situera. 

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Recrutement exceptionnel d'enseignants: Les lieux d'affectation des 10.300 enseignants contractuels

En démocratie, on ne gagne pas avec l’arbitre