Après les accusations de l'ANP : "A travers moi, c’est l’image du PDCI qu’on veut salir" (Djénébou Zongo - PDCI-RDA)





Raphaël Lakpé,Djénébou Zongo,PDCI-RDA


Se prononçant sur un communiqué de l’Autorité nationale de la presse (ANP), Djénébou Zongo, directrice de la Communication du PDCI-RDA et conseillère en Communication du président Henri Konan Bédié, a jugé qu'on veut salir l'image du PDCI-RDA à travers sa personne.
" … J’ai l’impression qu’on veut salir mon image au plan national et international. Et à travers moi, c’est l’image du PDCI qu’on veut salir", conclu-t-elle. Tout en reconnaissant au président de l'ANP, Raphaël Lakpé son devoir de protéger les journalistes, elle pense qu'il "doit le faire dans la vérité". Elle est d'autant plus convaincue que l'intention inavouée est de nuire à son image et à sa réputation que ce communiqué a été accompagnée par une sorte de campagne promotionnelle : "Au-delà de ce communiqué qui a été lu au journal de 20 h de la RTI 1, ce qui m’a beaucoup peinée, je me demande encore pourquoi cela ?".

A lire également : DECLARATION DE LA DIRECTION DE LA COMMUNICATION DU PDCI-RDA SUITE AU COMMUNIQUE DE L'AUTORITÉ NATIONALE DE LA PRESSE (ANP)

Dans sa mise au point, Djénébou Zongo a fait des précisions sur le contenu même du communiqué. "Dans votre communiqué, vous faites état d'une invitation par courrier en date du 02 et 17 mai 2019 à votre siège pour une séance d’échanges afin de recueillir ma version des faits que vous me reprochez. S'agissant du courrier du 17 mai 2019, je voudrais porter à votre connaissance que ni moi ni le service administratif du PDCI-RDA n'a reçu un tel courrier jusqu’à ce jour. Aussi, concernant votre courrier du 02 mai 2019, ayant été saisie par mes services le même jour, je vous ai aussitôt joint au téléphone pour vous indiquer que n'étant ni l'organisatrice de l'évènement ni celle qui ait invité les journalistes à une quelconque couverture médiatique, je ne pouvais répondre à votre invitation. Je vous ai donc conseillé de vous référer aux organisateurs de l'événement", précise-t-elle dans sa mise au point. Avant de rappeler les bonnes relations qu'elle entretien avec l'ensemble de la presse ivoirienne, ce qui lui vaut le pseudonyme affectif de "Maman" de la presse nationale et internationale.
Enfin, pour conclure, la collaboratrice du président Henri Konan Bédié a rappelé à l'ANP que "ce n’est pas parce qu’on n’a pas les mêmes points de vue qu’on doit être des ennemis. Le PDCI ne m’a pas appris ça, ni ma famille".
Dans le communiqué de l’Autorité national de la presse (ANP) en date du 11 juin relatif à une "résurgence d'entrave à la liberté de la presse et de menaces sur la sécurité des journalistes sur les lieux de reportage d'activités politiques", le gendarme des journalistes ivoiriens fait un lien "inopportun avec un évènement datant du 05 mars 2019 à Yamoussoukro".

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Visite d’Etat au Qatar: Entretiens fructueux pour Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire/ Mariage d’Alpha Blondy : Les enfants de Jagger se déchaînent et sortent des vérités