Des étudiants exigent la gratuité de l'établissement de la Cni





Cni


Des Etudiants ivoiriens réunis au sein de la Mouvance Panafricaine Estudiantine et scolaires de Côte d'Ivoire (Mepci ) ont donné leur points de vue sur renouvellement de la  nouvelle Carte Nationale d'Identité (CNI). Dans un commniqué signé de son président, Brou Thiemele Yves, le Mepci s'est opposé à la somme de 5000 fcfa imposée pour la confection de la Cni. 

L'integralité du communiqué  

Le gouvernement a fixé, en conseil des ministres du 08 mai 2019, le coût de l'établissement de la nouvelle Carte Nationale d'Identité (CNI) à 5000f. Il a concédé leur confection à la société SEMLEX, une entreprise belge.
Le 26 juin dernier, L’ancien ministre des Sports et député de Fresco (sud ouest ivoirien) Alain Lobognon a fait un amendement disant que le coût de l’établissement de la CNI devrait être dans le budget de l’Etat, donc gratuit pour les citoyens ivoiriens.
Cet amendement a été rejeté par la majorité des députés. Les députés du groupe parlementaire ivoirien RHDP (parti au pouvoir) ont voté « non » à l’amendement pour la gratuité de l’établissement de la carte nationale d’identité.
Ce constat nous ramène à la question suivante: *Les députés élus du peuple travaillent pour le bien leurs population ou pour leur parti politique(RHDP) ? 
Les populations, dans un environnement de paupérisation généralisée marqué par le chômage massif des jeunes diplômés et la mévente des produits agricoles de rente, réclament au gouvernement la gratuité de cette opération car les personnes démunies et vulnérables de la société ne pourraient pas débourser aisément la somme de *5 000 Fcfa* pour s'offrir une CNI, qui implique d'autres frais de dossiers. « Le Rhdp (parti au pouvoir) s'arroge tous les droits au mépris de notre Constitution à travers la décision d'instaurer une Carte nationale d'identité payante ». Mais faudrait qu'ils sachent que le peuple est le détenteur ultime du pouvoir et qu'en dépit de tous les obstacles mis sur leur chemin par le régime Rhdp, il a le devoir de s'inscrire sur les listes électorales et de participer aux échéances à venir. Nous aimerons dire aux députés que *"lorsqu'un leader dit être là pour une population et qu'à un certain moment celui ci prime ses intérêts personnels, il prend la voie du pouvoir en force car le peuple ne le suivra plus"* . Il est donc important de tenir compte de la volonté du peuple qui dans sa majorité demande la gratuité.Cette lois à été prise sans en tenir compte et ce n'est pas bon dans contexte si sensible de contestation générale. 
La Mouvance Panafricaine Estudiantine et scolaires de Côte d'Ivoire (MPESCI),  proche des populations et surtout des jeunes, et vu les enjeux que représente la pièce d'identité aussi bien pour les actes de la vie courante que pour les élections à venir, demande au gouvernement de prendre les dispositions réglementaires pour rendre gratuites, comme ce fut le cas en 2009, les opérations de renouvellement et de confection des nouvelles CNI. Au Sénégal, la CNI qui sert à la fois de pièce d'identité et de carte d'électeur a été gratuite pour les pétitionnaires qui se sont inscrits dans le délai de 6 mois imparti.

Que Dieu bénisse la Côte d'ivoire.
 *Brou Thiemele Yves, président de la MPESCI 

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Depuis Paris, Guillaume Soro previent: "d'ici septembre-octobre, quelque chose va se passer"

Awoulaba: Louise N'djoré, première saraman 2018 est décédée