Pathé O’ à propos de la mode africaine : ‘’Je suis si fier….’’’





Mode africaine,Pathé O,créateur,défilé,prêt-à-porter


Après avoir participé il y a quelques jours à la 11e édition du Festival international de la mode en Afrique  (FIMA), à Dakla, au Maroc, Pathé O’, le doyen des créateurs de mode africains que nous avons rencontré, ce mardi 27 Novembre, a dit toute sa fierté de voir les jeunes créateurs de mode africains évoluer dans un nouvel élan et environnement.

Aujourd’hui, les jeunes créateurs de mode africains ont compris que la mode ce n’est pas  que le spectacle, mais c'est aussi arriver à vendre ses créations afin de bien vivre de cet art. ‘’Il nous faut vendre nos créations pour bien  vivre de notre métier parce que nous avons de nombreuses charges alors que l’Etat ne nous subventionne pas comme c’est le cas dans les pays européens’’, a-t-il déclaré. Pour lui, aujourd’hui, les jeunes créateurs sont devenus réalistes face aux réalités que leur impose le métier.

‘’Aujourd’hui, quand je tourne dans la ville et que je vois des boutiques des créateurs de mode dans pratiquement toutes les communes de la capitale, je suis si fier.  C’est la preuve qu’il  y a une prise de conscience. Il y a quelques années, lorsqu’on allait aux défilés de mode, on voyait des créations avec des seaux, des éventails, des éponges et autres choses, juste du bling bling mais pas des choses vendables. A la longue, ces créateurs tiraient le diable par la queue. Mais au fil du temps, ils ont compris que leur avenir est ailleurs et ils s’y adaptent. Aux différents défilés que je participent, les collections sont plus proches de la réalité, des choses que le public peut acheter et porter. C’est la preuve que la mode africaine est en train de prendre une autre ascension vers le prêt-à-porter et c’est tout à notre avantage", affirme t-il.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Après les obsèques de DJ Arafat : Koffi Olomidé prend une grande décision

International: Une vingtaine de morts suite à la consommation d’aliments contaminés aux pesticides au Burkina Faso