Réforme de la CEI : Le CRI-PANAFRICAIN juge dangereuse la position de l’UA





Réforme de la CEI,Abel Naki,CRI-PANAFRICAIN,UA


Dans une déclaration, le président du CRI-PANAFRICAIN, Abel Naki, a dénoncé la sortie du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat relativement à la nouvelle recomposition de la CEI "imposée aux forceps par le pouvoir RHDP".
"Le Cri-Panafricain, parti politique de l’opposition ivoirienne, condamne cette sortie du président de la commission de L'UA et la juge dangereuse, aventureuse, irresponsable et inopinée, au mépris de la mise à l'écart  par le pouvoir des partis politiques de l'opposition et des organisations la société civile significatives ivoiriennes", condamne Abel Naki. Pressecotedivoire.ci vous propose l’intégralité de la déclaration.

DÉCLARATION DU CRI-PANAFRICAIN RELATIVE À LA SORTIE INOPINÉE DU PRÉSIDENT DE L'UA SUR LA CEI

Dans une récente déclaration, Moussa Faki Mahamat, Président de la commission de l'union Africaine à exprimé sa satisfaction vis-à-vis de la nouvelle recomposition de la CEI imposée  au forceps par le pouvoir RHDP.
Il se félicite de ce que l'arrêt rendu par la Cour Africaine des Droits de l'homme et des Peuples parut en 2016 ait été pris en compte, conformément aux injonctions de la décision.
Le Cri-Panafricain, Parti politique de l’opposition ivoirienne condamne cette sortie du président de la commission de L'UA et le juge dangereuse, aventureuse, irresponsable et inopinée, au mépris de la mise à l'écart  par le pouvoir des partis politiques de l'opposition et des organisations la société civile significatives ivoiriennes.
Le Cri-Panafricain, fait observer que le président de la commission de l'UA adopte une posture politicienne dans un litige purement juridique dont la seule instance habilitée à trancher devrait être la décision de la cour Africaine de Justice et des peuples, après examen de la plainte posée par L'APDH.
Ce faisant, le président de l'UA outrepasse ses compétences, adopte une position partisane vis-à-vis du pouvoir, et se rend complice d'une tentative sournoise d'influencer les juges en charge de l'affaire portant plainte sur la commission électorale ivoirienne.
Le Cri-Panafricain prend à témoin la communauté nationale et internationale sur cette turpitude du Président de l'AU, et le prendra pour responsable des conséquences qui pourraient en découler par la mise en place de cette commission électorale encore déséquilibrée, avec les troubles et dérives qu'elle pourrait occasionner lors des élections générales de 2020.

Fait à Abidjan le 21 Août 2019,

Abel Naki, Président Fondateur du CRI-Panafricain.

En lecture en ce moment

Football: Yaya Touré veut jouer encore 2 ou 3 ans

Elections locales : le groupe parlementaire PDCI-RDA dénonce les conditions du scrutin et condamne les braquages électoraux.