Plusieurs réfugiés ivoiriens en Guinée depuis 17 ans veulent retourner au bercail





Guinée,Aboul Karim,Refugiés


Plusieurs réfugiés ivoiriens vivant depuis 17 ans dans le camp de Kouankan en Guinée ont souhaité retourner au pays lors d’une visite conjointe menée par les autorités ivoiriennes et des responsables de  l’Agence des Nations- unies pour les réfugiés (HCR), rapporte une note d’information transmise à l’AIP jeudi.

« Je suis ravi car j’ai beaucoup appris. Je ne vais plus tarder, mon enfant a besoin d’être éduqué et je vais rentrer dans mon pays » a exprimé Petra Patrick de la Rose, originaire de la ville Ouragahio en Côte d’Ivoire et vivant au camp des réfugiés à Kouankan depuis 2002, lors de la visite qui a eu lieu du lundi au mercredi.

Dénommée « Come and tell », venir et raconter, cette visite la première du genre effectuée par les autorités ivoiriennes en Guinée, avait pour objectif de rencontrer les réfugiés ivoiriens afin de porter à leur attention toutes les informations sur la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire. Et ce, en vue de contribuer à promouvoir leur retour volontaire au pays.

La délégation conduite par le préfet du département de Danané, Diarrassouba Aboul Karim a eu des échanges francs et fructueux avec les réfugiés ivoiriens sur des préoccupations liées à leur éventuel retour au pays notamment les problèmes liés aux fonciers, la sécurité, l’emploi, l’abri, la reconnaissance des diplômes, la scolarisation des enfants, etc.

Avant d’investir le camp de Kouankan, la délégation comprenant le sous-préfet de Teapleu et des représentants de la direction d’Aide et Assistance aux réfugiés et personnes apatrides (DAARA) a rendu une visite de courtoisie aux autorités régionales guinéennes à NZerekoré pour exprimer la gratitude des plus hautes autorités ivoiriennes au peuple frère de la Guinée pour l’accueil et l’hospitalité dont ont bénéficié les compatriotes.

Au total, environ 272 000 réfugiés ivoiriens ont regagné la Cote d’Ivoire, depuis 2011, grâce aux efforts des autorités ivoiriennes et celles des pays d’asile, du HCR et de ses partenaires. A ce jour, environ 21 800 ivoiriens sont toujours en exil dont 3 600 en Guinée.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Libreville / L’intégralité du message des militaires à la radio nationale du Gabon

Côte d’Ivoire / Célébration du 1er mai : "Depuis que nous sommes passés centrale syndicale, tout s’abat sur nous" (Zadi Gnagna)