Crise postélectorale : Ce qui a poussé l’armée française à "agir vite"





crise postélectorale,Stéphane Gompertz,multinationale de cacao


Huit ans après la crise post électorale de 2010, les langues commencent à se délier et l’on en sait un peu plus sur les motivations de l’armée française à "agir vite" pour mettre fin à la crise.

Répondant aux questions de Christophe Boisbouvier de Radio France internationale (RFI), le directeur Afrique au Quai d'Orsay, lors de la crise postélectorale de 2010-2011, Stéphane Gompertz, a révélé, ce mercredi que des multinationales françaises opérant dans le cacao lui ont apporté leur soutien afin de régler au plus vite cette crise et sauver ainsi leurs entreprises. 

"Il y a eu une réunion qui s’est tenue à Bercy avec les principales entreprises françaises opérant en Côte d’Ivoire et qui toutes, nous ont dit, nous soutenons votre action. Il faut défendre la démocratie, aider à faire en sorte que le président légitimement élu accède au pouvoir, Alassane Ouattara", a dit le diplomate.

Mais derrière cette défense de la démocratie, se cache une autre raison, celle de sauver les emplois, mais aussi et surtout, l’industrie du chocolat en France.

"Certaines entreprises, notamment celles de cacao nous ont dit - attention si la crise dure trop longtemps, ça risque d’avoir des conséquences très graves à la fois pour les Ivoiriens qui travaillent pour nous, pour les ouvriers, pour le travail pour l’industrie du chocolat en France. Nous serons obligés de licencier des milliers de personnes -. Donc il fallait agir dans le bon sens et essayer d’agir vite", a ajouté l’ancien ambassadeur de France en Ethiopie.

Il a précisé que ce n’était pas la raison principale qui a poussé l’armée française à "agir vite", mais "disons c’était une incitation supplémentaire", a-t-il ajouté, sans toutefois révélé la raison principale de l’intervention de l’armée française.

Stéphane Gompertz a été ambassadeur de France en Éthiopie, puis directeur Afrique au Quai d'Orsay. A la retraite, il a publié chez Odile Jacob « Un diplomate mange et boit pour son pays », un livre dans lequel il révèle des confidences et des anecdotes.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

CEDEAO – monnaie unique "Eco" : voici les deux chefs d’Etat qui préfèrent le FCFA

Côte d’Ivoire / Coupé décalé : Vitale longtemps considérée comme une prostituée à l’Ambassade de France