Profanation de la tombe d’Arafat DJ : Ce que risquent les auteurs





Arafat DJ,profanation,tombe


Les personnes qui ont profané la tombe d’Arafat DJ ignorent certainement que leur acte est puni par la loi et qu’ils encourent des peines de prison et le paiement d’amendes. 
En effet, le code pénal en son article 224 prévoit qu’"est puni d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 50 000 à 500 000 francs quiconque : trouble une cérémonie ou un convoi funéraire ; viole ou profane le lieu où repose un mort ; dégrade ou souille un monument funéraire".
En son article 225, ce même code prévoit qu’" est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 100 000 à 1000 000 francs quiconque : profane ou mutile tout ou partie d’un cadavre inhumé ou non ; outrage ou frappe publiquement un corps ; fait disparaître ou soustrait un cadavre ou une partie de cadavre".
Les auteurs de la profanation de la tombe d’Arafat DJ sont donc prévenus. Surtout qu’eux-mêmes se sont filmés et les images font le tour des réseaux sociaux. Les autorités policières sont également à pied d’œuvre pour retrouver les coupables.
Le Daishi a été inhumé, ce samedi, au cimetière de Williamsville, à Abidjan, en présence d’autorités, de parents et d’amis proches. Une fois que ce beau monde s’est retiré, de jeunes gens, se disant fans de l’artiste, se sont introduits dans le cimetière pour sortir le cercueil de la sépulture et l’ouvrir. Ce qui a créé l’émoi au sein de la population.

Modeste KONÉ  

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Fadel Keita , nouveau président du Sporting club de Gagnoa

SITA 2019 / La Côte d’Ivoire ambitionne d’être la cinquième destination touristique en Afrique