Profanation de la tombe d’Arafat DJ : 12 personnes interpellées





Arafat DJ,Daishi,profanation,tombe,préfet d'Abidjan,Vincent Toh Bi Irié


Le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, a annoncé, aujourd’hui, dans une note, que 12 personnes ont été interpellées dans l’affaire "profanation de la tombe d’Arafat DJ".
"Suite à la profanation de la tombe de l’artiste Houon Ange Didier dit DJ Arafat, le 31 août 2019, douze (12) personnes ont été interpellées en relation avec ces événements", annonce-t-il. Ajoutant que "les enquêtes se poursuivent pour l’interpellation de tous les coupables et pour situer les responsabilités à tous les niveaux".

A lire aussi : Profanation de la tombe d’Arafat DJ : Ce que risquent les auteurs

Selon le préfet hors grade, le procureur a été saisi et "cet acte ne restera pas impuni".
Arafat DJ, le Daishi, comme l’appellent ses fans, a été inhumé, samedi. De jeunes gens se sont ensuite introduits, ce même jour pour retirer le cercueil de la tombe et l’ouvrir. Laissant le corps du défunt à l’air libre.
La loi punit cet acte en ses articles 224 et 225 : "est puni d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 50 000 à 500 000 francs quiconque : trouble une cérémonie ou un convoi funéraire ; viole ou profane le lieu où repose un mort ; dégrade ou souille un monument funéraire" (article 224) et "est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 100 000 à 1000 000 francs quiconque : profane ou mutile tout ou partie d’un cadavre inhumé ou non ; outrage ou frappe publiquement un corps ; fait disparaître ou soustrait un cadavre ou une partie de cadavre" (article 225).

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / ANARE-CI : Le ministre Abdourahmane Cissé appelle au renforcement des actions de communication

Une Ong invite les ivoiriens à introduire la lecture dans leurs habitudes