Réforme de la CEI : Le gouvernement rouvre les négociations avec le FPI





Réforme CEI,Pascal Affi N'Guessan


Le gouvernement ivoirien a rouvert de nouvelles négociations avec le Front populaire ivoirien (FPI, opposition) sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI).
Au sortir d’une séance de travail avec le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, qui représentait son collègue de l'Intérieur, le président du FPI, Pascal Affi N’guessan, a déclaré que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des négociations ouvertes depuis janvier 2019 autour de la réforme de la CEI et qui n’ont pas été menées jusqu’à terme.
"Il y a eu à un moment donné, une rupture et l’adoption d’une loi qui n’a pas reçu l’assentiment de l’opposition. Nous l’avons exprimé à travers une conférence de presse et une déclaration. A la suite de cette situation, le gouvernement nous a appelé à de nouvelles négociations, à de nouveaux échanges", a déclaré Affi N’Guessan à sa sortie d’audience.
"Nous sommes à la 2e phase de ces négociations en vue de trouver une solution qui puisse permettre aux négociations de se poursuivre puisque la question de la réforme, du cadre juridique et institutionnel des élections ne se limite pas à la question de la CEI".
Sur la modification de la loi sur la réforme de la CEI, "le gouvernement nous a indiqué que cette loi étant passée devant le Parlement, la seule autorité à voter les lois, il serait mal fondé que le président prenne une ordonnance, une mesure qui viendrait en contradiction du vote de l’Assemblée".
En contrepartie, le choix du président de la CEI serait fait en concertation avec l’opposition de manière à ce que ce soit une personnalité consensuelle, donc non marqué politiquement.
L’opposition pourrait aussi bénéficier d’un poste de vice-président qui puisse contrôler l’ensemble du processus. Dans les commissions locales, le même schéma pourrait être reconduit, a poursuivi Affi.
Ces discussions vont se poursuivre sur les conditions générales des élections entre autres la question de documents administratifs et de transhumance, la question du découpage, la question du financement de la campagne à la présidentielle, du contentieux, du Conseil constitutionnel.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Levée de corps de Séri Gnoléba : Ce que Gbagbo avait confié au défunt révélé

La presse dominée par les dessous de la rencontre Bédié-Gbagbo et l'inauguration de la route Adzopé-Yakassé Attobrou