Un atelier sur la gestion écologique des déchets électroniques et des pneus usagés à Abidjan





Déchets


La Fédération des réseaux et associations de l’énergie, de l’environnement et du développement durable (FEREADD) a tenu jeudi à Abidjan un atelier autour du thème «ensemble, contribuons à une gestion écologique des déchets électriques, électroniques (D3E) et des pneus usagés».

Citant l’agence de l’environnement et  de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le président du conseil d’administration (Pca) de Fereadd, Loukou Koffi Jules, a précisé que 17 millions de tonnes de pneus usagés sont générés chaque année dans le monde.

Pour lui,  «la réalisation des projets avec l’appui notamment des organisations de la société civile permettra d’instituer un système dans lequel les acteurs des secteurs des D3EE et des pneus usagés pourront bénéficier d’un statut officiel, avec un emploi décent et sûr, en tout récupérant la valeur inexploitée des tonnes de  ces déchets».

« La mise en œuvre de ce projet   permet    d’atteindre six (6) des 17 points des objectifs du développement durable (Odd). C’est un projet  qui  va créer au moins 5000 emplois », a promis M. Loukou, tout en soulignant que 50 centres de collectes seront disponibles sur l’ensemble du territoire.

L’adoption de la Convention de Bâle en 1992, l’Accord de Bamako en 1998 et la prise du décret n° 2017-271 du 5 avril 2017 portant gestion écologique des déchets d’équipements électriques et électroniques  et des pneus usagés de Côte d’Ivoire par le Gouvernement ivoirien, marque la prise de conscience par la communauté internationale et l’Etat de Côte d’Ivoire, de l’ampleur des D3E et des pneus usagés et de ses répercussions tant sur la vie humaine, sur les activités économiques que sur l’environnement .

C’est pourquoi, a indiqué M. Loukou Koffi le décret de 2017 « est une opportunité  pour tous les acteurs travaillant pour que les objectifs du développement durable soient atteints », a-t-il ajouté

Il a par ailleurs révélé que «  selon un rapport conjoint rédigé en 2019, par les Nations unies, l’appui du Forum économique mondial et du conseil mondial des entreprises pour le développement durable, chaque année, 50 millions de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques  ne  sont pas traitées. La valeur  des matériaux contenue dans ces déchets s’élève à plus de 62, 5 milliards de dollars par an. Soit plus que le Produit intérieur brut (Pib) de la plupart des pays, a-t-il développé.

(AIP)

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Un financement supplémentaire de 500 millions FCFA du FAFCI pour la région du N’zi

A quelques mois de l'élection du nouveau président, la fif appelle Zokora Didier en renfort