Crise à la Mutuelle générale des enseignants de Côte d’Ivoire (Ex-MUPEMENET-CI) : "Palabre est fini", (porte-parole)





crise à la Mupemenet,MAE-CI,Zadi Gnagna


L'ex porte-parole de la Mutuelle générale des enseignants de Côte d’Ivoire (Ex-MUPEMENET-CI), Théodore Zadi Gnagna, se prononçant sur la crise qui a secoué cette mutuelle durant ces quatre derniers mois a annoncé la fin des palabres.

Lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi, à Cocody, le désormais ex porte-parole de la MGE-CI a annoncé la mise sur les fonts baptismaux depuis le 29 août, d’un nouvel outil d’entraide et de solidarité dénommé Mutuelle Autonome des enseignants de Côte d’Ivoire (MAE-CI) dont il assure la présidence du Conseil d’administration.

"La création de cet instrument de solidarité fait suite aux récents remous qui ont secoué la mutuelle ces quatre derniers mois, consécutifs à l’intrusion du ministère de l’Education nationale dans une structure privée où toutes les décisions prises par l’assemblée générale, organe suprême de la mutuelle, ont été piétinées", a expliqué Gnagna Zadi.

Pour Zadi Gnagna, l’immixtion du ministère a fait de la mutuelle, une structure "inféodée, sous tutelle et sous contrôle", perdant ainsi son autonomie.

"Face à cette situation, les enseignants qui ont toujours mis en avant, la nécessité de préserver l’autonomie de leur  structure,  (…) nous ont demandé de mettre en place une structure qui puisse les accueillir pour ne pas qu’ils soient hors pris en charge. C’est en répondant à cet appel que nous nous sommes retrouvés en assemblée générale le jeudi 29 août 2019 avec plus de 100 personnes présentes pour mettre en place cet instrument", a-t-il poursuivi.

Pour Zadi Gnagna, cette structure est une alternative. "Ceux qui veulent des structures sous-tutelles vont aller de l’autre côté et ceux qui veulent être autonomes, prendre eux-mêmes les décisions en assemblée générale sans que personne n’ait à remettre en cause ces décisions viendrons avec nous. Donc palabre est fini. Chacun a réglé le problème à sa manière", a-t-il déduit.

Rappelant qu’il est toujours membre du Conseil d’administration dont le président a été imposé par le ministère, M. Zadi a indiqué que sur les 15 membres, 14 sont partis, y compris le Président du conseil d’administration sortant Cissé Vacaba. Sauf lui qui refuse de s’associer, car lors de leur tournée, il dit avoir promis aux enseignants que la mutuelle serait autonome.

"Aujourd’hui, je leur présente mes excuses. Je leur ai menti et pour ne pas assumer cette responsabilité, je préfère prendre du recul. Donc j’ai rendu ma démission de ce Conseil en dépit de tout ce qu’on pouvait gagner. Je préfère créer un instrument pour que la vision que j’ai portée en étant sur le terrain pendant des années et qui a fait que des gens ont adhéré, cette vision puisse trouver une alternative", s’est-il justifié.

Cette nouvelle mutuelle revendique à ce jour, plus de 1.000 adhérents, a dit le conférencier qui annonce pour bientôt, une tournée à travers tout le pays pour informer et récupérer les souscriptions des adhérents.
Le démarrage des prestations est prévu pour le 1er janvier 2020, note-t-on.

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Après la COSEF-CI : Les enseignants du supérieur et les chercheurs annoncent une grève pour le 20 mai

Docteur Elidje Ecra exhorte le gouvernement ivoirien à créer un programme national de lutte contre la dépigmentation.